Les policiers "resteront armés" hors service, déclare Gérard Collomb après le triple meurtre de Sarcelles

Invité dimanche de l'émission Questions politiques sur France Inter et sur la chaîne franceinfo, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a affirmé que les policier resteront armés hors service, malgré le triple meurtre, la veille à Sarcelles, commis avec son arme de service par un policier, qui s'est ensuite suicidé.

Les policiers qui souhaitent garder leur arme en permanence, y compris sur les trajets domicile-travail entre deux services, doivent en faire la déclaration et avoir effectué des entraînements de tir réguliers.
Les policiers qui souhaitent garder leur arme en permanence, y compris sur les trajets domicile-travail entre deux services, doivent en faire la déclaration et avoir effectué des entraînements de tir réguliers. (MAXPPP)

Les policiers "resteront armés" hors service, "il n'y a pas de problème", a déclaré dimanche 19 novembre le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Invité de l'émission Questions politiques sur France Inter et sur la chaîne franceinfo, il réagissait après qu'un policier a tué trois personnes et blessé trois autres avec son arme de service avant de se donner la mort, samedi soir à Sarcelles (Val d'Oise). "C'était quelqu'un qui allait se séparer de son épouse. Il ne l'a pas supporté. C'est quelqu'un qui, à un moment donné, déraille totalement. Comme il est armé, il peut tirer. C'est le drame de la police", a expliqué Gérard Collomb.

Des contradictions "qu'il faut savoir gérer"

Le ministre de l'Intérieur a mis en avant une demande de protection, dans les transports en commun d'Ile-de-France par exemple, "où les policier peuvent protéger avec leur arme s'il se passe quelque chose", tout en soulignant "des contradictions qu'il faut savoir gérer. Cela demande beaucoup d'attention des cadres dirigeants de la police à tous les niveaux", a-t-il ajouté. 

À la suite aux attentats du 13-Novembre, les policiers ont obtenu le droit de garder leur arme de service en permanence, avec l’obligation d’en faire la déclaration. Les agents de police concernés doivent également justifier de trois entraînements de tir par an au moins. Enfin, le chef de service a autorité pour refuser ce port d’arme, hors de son service, à un agent.