Commerce : la contrefaçon explose

Neuf anciens salariés d'Hermès sont jugés à partir de mercredi 24 juin pour avoir vendu environ 150 faux sacs de la marque. Ils les fabriquaient eux-mêmes avec du matériel de l'entreprise. Les sacs ont été vendus entre 23 000 € et 32 000 €.

France 3

Sur un parking de l'aéroport de Liège (Belgique), les douaniers ont déjà effectué un premier tri. Des colis suspects, de toutes tailles, sont vérifiés par un scanner mobile. À l'intérieur, l'agent de contrôle dresse chaque jour un inventaire à la Prévert. "On a de la contrefaçon de grandes marques, de marques moins intéressantes, de bijoux, de sacs, de vêtements, de voitures", explique Julie Walravens, experte financière à la douane belge.

19 millions d'euros de manque à gagner pour les entreprises

Plus de 360 millions de colis ont transité l'an dernier par l'aéroport de Liège. La Poste est désormais le vecteur privilégié des contrefacteurs. "Avec le boom du commerce sur internet, les produits contrefaits se sont multipliés, ils sont désormais dissimulés dans de petits colis postaux difficiles à contrôler", précise le journaliste de France 3 Pascal Verdeau. "En première position des produits contrefaits, on trouve les produits de soins corporels", indique le journaliste Hugo Puffeney, présent sur le plateau du 12/13.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les douanes franaises à la frontière espagnole, à Ainhoa (Pyrénées-Atlantiques), le 21 juin 2020.
Les douanes franaises à la frontière espagnole, à Ainhoa (Pyrénées-Atlantiques), le 21 juin 2020. (GAIZKA IROZ / AFP)