Chinois tué à Paris : les protestations de la communauté

Légitime défense ou bavure ? Après la mort, dimanche 26 mars, d'un Chinois tué par un policier lors d'une intervention, la soirée d'hier, lundi 27 mars, a été très tendue dans le 19e arrondissement de Paris. 35 personnes ont été interpellées durant une manifestation de la communauté chinoise.

France 3

Une manifestation qui dégénère et qui tourne à l'émeute hier soir, lundi 27 mars, dans le 19e arrondissement de Paris. Ils étaient près de 150 à crier leur colère devant le commissariat du 19e arrondissement. Issus de la communauté chinoise, ils sont tous réunis suite à la mort de l'un d'eux tué par un policier de la BAC lors d'une intervention.

Une enquête ouverte par la police des polices

Dimanche soir, le 26 mars, la police est appelée dans cet immeuble de Paris pour un différend familial. Le père, un Chinois de 56 ans, ouvre la porte une paire de ciseaux à la main. L'intervention tourne au drame. Incompréhensible et injustifié selon les filles de la victime. "J'ai entendu aucun avertissement, ça s'est passé en cinq secondes, mon père il était déjà au sol", confie l'une d'entre elles. Les policiers assurent que la victime aurait agressé l'un d'entre eux avec des ciseaux. Ils disent avoir agi en état de légitime défense. Une enquête vient d'être ouverte par la police des polices.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants devant le commissariat du 19e arrondissement de Paris, le 27 mars 2017.
Des manifestants devant le commissariat du 19e arrondissement de Paris, le 27 mars 2017. (CHEN YICHEN / XINHUA / AFP)