Ce que l'on sait de la mort d'un homme abattu après avoir menacé un policier à Paris

Pour l'heure, le motif de l'agression, qui s'est déroulée dans le 18e arrondissement de Paris, est inconnu. L'Inspection générale de la police a été saisie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un homme qui avait menacé un policier avec un couteau a été abattu à l'angle de la rue Boinod et de la rue des Poissonniers, à Paris, le 14 mars 2021. (GOOGLE MAPS)

Un policier a tué par balles, dimanche 14 mars, un homme qui l'avait menacé avec un couteau à Paris, a appris franceinfo de source policière. Pour l'heure, le motif de l'agression reste inconnu. L'Inspection générale de la police (IGPN) a été saisie pour "préciser" les circonstances des faits, a indiqué à l'AFP le parquet de Paris. Voici ce que l'on sait de cette affaire.

Le policier pris à partie dans la rue

Les faits se sont déroulés dans le 18e arrondissement de Paris. Dimanche matin vers 11 heures, trois policiers à VTT sont intervenus pour un différend familial, rue des Amiraux. "Deux d'entre eux montent dans les étages de cet immeuble alors que le troisième reste dans la rue pour surveiller les vélos", a indiqué une source proche de l'enquête au Parisien. Alors qu'il patientait dans la rue, ce troisième agent a été pris à partie par un homme qui l'a "menacé avec une arme blanche", a indiqué la préfecture de police de Paris. L'individu a pris la fuite lorsque le fonctionnaire a sorti sa matraque.

L'homme abattu lors d'une poursuite

Le policier a pris en chasse l'agresseur présumé, dont l'âge n'a pas été précisé. Lors de cette poursuite à pieds, l'individu s'est retourné pour donner des coups de couteau au fonctionnaire, à l'angle de la rue Boinod et de la rue des Poissonniers, a indiqué la police à l'AFP. C'est là que le policier a fait usage de son arme, à trois reprises selon Le Parisien. Appelés sur place, les pompiers ont prodigué à sa victime un massage cardiaque, sans parvenir à le ranimer.

Les motivations de l'agresseur inconnues

La police n'évoque à ce stade "aucune notion de propos religieux ou terroristes" prononcés au moment de l'agression du policier. "Il n'est à cet instant fait état d'aucun élément susceptible de relier ces faits à un acte de nature terroriste, a confirmé le parquet de Paris. L'identité de la personne décédée n'a pour l'heure pas pu être établie avec exactitude." "Ce n'est pas une attaque terroriste, a pour sa part estimé le délégué du syndicat Alliance, Yoann Maras, responsable départemental de Paris, interrogé par Le Parisien. Nous sommes en présence d'un acte perpétré par un déséquilibré." 

Deux enquêtes ouvertes par la PJ et l'IGPN

"Les circonstances exactes des faits sont à préciser", a indiqué à l'AFP le parquet de Paris. Une enquête pour "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" a été confiée à la police judiciaire. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a par ailleurs été saisie de "l'usage de son arme de service par le policier et de ses conséquences", poursuit le parquet. Un magistrat s'est rendu sur place pour évaluer les conditions de légitime défense, indique Le Parisien. En état de choc, le policier auteur des tirs a été hospitalisé, ajoute le quotidien francilien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.