Police : hausse du nombre de signalements pour radicalisation

L'attaque à la préfecture de police de Paris s'est déroulée le 3 octobre dernier. Un agent administratif radicalisé avait tué quatre personnes avant d'être abattu. Aujourd'hui, 27 policiers sont signalés pour radicalisation, un chiffre en hausse depuis l'attentat. 

FRANCE 3

Depuis l'attaque au couteau à la préfecture de police de Paris le 3 octobre dernier, les signalements de policiers radicalisés sont de plus en plus nombreux. Comment expliquer cette augmentation des signalements ? "Cela répond à une note stricte du préfet de Paris, qui, après l'attentat, avait demandé à tous les fonctionnaires de signaler systématiquement le moindre changement de comportement de leurs collègues. Depuis, il y a eu 17 nouveaux cas signalés, ce qui fait un total de 27 signalements pour suspicion de radicalisation", explique la journaliste de France 3 Nathalie Perez, en duplex devant la préfecture de police de Paris. 

Deux policiers signalés n'ont plus d'arme de service

Les syndicats de police craignent une stigmatisation de tous les agents musulmans. "À ce jour, deux policiers se sont vus confisquer leur arme de service et trois autres sont sous le coup d'une demande de suspension par mesure de précaution", conclut Nathalie Perez. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019, juste après l\'attaque.
La préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019, juste après l'attaque. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)