Cet article date de plus de huit ans.

Plus de 15.000 personnes rassemblées en France en hommage à Clément Méric

Depuis l'annonce du drame mercredi soir, les rassemblements se multiplient en France. Plus de 15.000 personnes ont manifesté en France pour rendre hommage à Clément Méric, mort après avoir été violemment frappé lors d'une bagarre avec des skinheads. En tout, une soixantaine de cortège ont été organisés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Laetitia Heuveline Radio France)

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées place Saint-Michel à Paris pour rendre hommage à Clément Méric. Le jeune homme est décédé après avoir été frappé par des skinheads mercredi soir près de la gare Saint-Lazare. 

Lors de ce rassemblement, plusieurs représentants politiques ont été houspillés. Anne Hidalgo a dû quitter le cortège précipitamment. Petite consolation pour la candidate socialiste, NKM qui s'était rendue sur les lieux de l'agression s'est elle aussi fait huer.

Le secrétaire national du Parti de gauche n'a pas non plus réussi à s'exprimer. Le début de son discours a été interrompu par des cris : "Non à la récupération" (à écouter dans le reportage ci-dessous) 

Rassemblements en région

D'autres rassemblements similaires sont organisés un peu partout en France, à l'appel de plusieurs associations et partis de gauche. À Strasbourg, deux cent personnes se sont rassemblées en plein centre-ville. À Bordeaux, ce sont plusieurs centaines de manifestants qui se sont retrouvés.

Des manifestations ont également été organisées dans plusieurs autres villes, comme Toulouse, Périgueux ou Marseille.

Hommage à Sciences Po

À la mi-journée, les
étudiants de Sciences Po se sont rassemblé rue Saint Guillaume à Paris. Des
dizaines de personnes, des camarades de Clément Méric qui étudiait dans cette
école, venus rendre hommage au jeune étudiant. 

Aucune banderole, pas de
pancarte lors de ce rassemblement, mais les étudiants ont entonné le chant des
Partisans pour honorer la mémoire de leur camarade. Tous se sont souvenus d'un
jeune homme syndicaliste militant. Ils ont également été nombreux à demander la
dissolution des groupes d'extrême droite. Aux côtés des étudiants, quelques
hommes politiques sont venus, comme le premier secrétaire du PS – Harlem Désir,
ou le maire de Paris – Bertrand Delanoë.

Clément Méric était également membre d'un groupe anti-fasciste : AFA Paris-Banlieue. Une vingtaine de membres se sont retrouvés dans un bistrot du XXe arrondissement de Paris pour rendre hommage à leur ami. 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.