"Petite inconnue" de l'A10 : 31 ans après, les parents de la petite fille retrouvée morte enfin identifiés et arrêtés

C'est l'ADN du frère de la fillette, prélevé dans le cadre d'une autre affaire, qui a permis d'identifier les parents. Ces derniers ont été arrêtés, mardi, et sont présentés, jeudi, au juge d'instruction à Blois (Loir-et-Cher).

Un appel à témoins de la petite inconnue de l\'A10, le 24 septembre 2012, à Blois (Loir-et-Cher).
Un appel à témoins de la petite inconnue de l'A10, le 24 septembre 2012, à Blois (Loir-et-Cher). (MAXPPP)

Près de 31 ans après la découverte du corps sans vie d'une petite fille en bordure de l'autoroute A10, ses parents ont enfin été identifiés et interpellés, a appris franceinfo de source proche de l'enquête, jeudi 14 juin. Ils sont présentés au juge d'instruction de Blois (Loir-et-Cher), jeudi. Les parents sont en garde à vue pour "meurtre", "recel de cadavre" et "violences sur mineur de moins de 15 ans". Ils vivaient séparés, l'un dans l'Aisne et l'autre dans les Hauts-de-Seine.

L'enquête a été relancée fin 2016 après l'arrestation du frère de l'enfant. Ses empreintes génétiques ont été comparées au fichier national (FNAEG), avant que les enquêteurs n'étudient le dossier administratif de la famille. Ils se sont alors aperçus qu'une petite fille qui apparaissait dans les demandes d'allocation familiale de cette famille nombreuse n'y figurait plus.

Retrouvée par des agents d'entretien

Le 11 août 1987, des agents d'entretien de l'autoroute avaient découvert la dépouille de la fillette entourée d'une couverture, dans un fossé. Vêtu d'un short et d'un tee-shirt, son corps portait de très nombreuses traces de violences. Personne n'a jamais signalé la disparition de cette enfant, et toutes les tentatives menées pour l'identifier n'avaient rien donné pendant toutes ces années. Un nouvel appel à témoins avait été lancé par la justice en 2012.

Après toutes ces années, les parents, aujourd'hui sexagénaires, ont finalement été interpellés mardi. Ce sont des traces ADN présentes sur la couverture dans laquelle le corps de l'enfant a été retrouvé qui ont finalement permis de remonter jusqu'aux parents, a précisé la gendarmerie à franceinfo.