Cet article date de plus de neuf ans.

Pas-de-Calais : un homme tué par un policier lors de son interpellation

Un homme de 26 ans a été tué jeudi en fin de matinée lors de son interpellation à Montigny-en-Gohelle. Il était recherché pour avoir tenté d'extorquer de l'argent à la gérante d'un hôtel. Il a attaqué les policiers avec des ciseaux, ils ont répliqué avec leurs armes. Des heurts ont ensuite éclaté entre une trentaine d'habitants du quartier et les policiers.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (IDÉ)

Une interpellation a mal tourné jeudi en fin de matinée à Montigny-en-Gohelle dans le Pas-de-Calais. Un homme de 26 ans, recherché pour une tentative d'extorsion, a été tué par un policier.

Le jeune homme, qui avait passé la nuit dans un hôtel de Fontaine-Notre-Dame, près de Cambrai, avait tenté, dans la matinée, de soutirer de l'argent à la gérante de l'établissement. Il était armé d'une paire de ciseaux. Il avait finalement pris la fuite en voiture.

Vers 11h30 jeudi, une patrouille de quatre policiers se rend au domicile du jeune homme, identifié grâce à son véhicule. L'homme se trouve alors dans sa voiture. Les policiers tentent de l'interpeller mais "là, il est sorti de sa voiture avec une paire de ciseaux, et a porté des coups de ciseaux sur un policier ", raconte le directeur départemental de la sécurité publique dans le Pas-de-Calais.

Ce policier, blessé, "a manifestement riposté avec son arme de service" , tirant sur les jambes du jeune homme. Mais celui-ci a ensuite frappé le policier au thorax, et là un autre policier a tiré avec son arme. "Deux de ses collègues auraient fait usage de leurs armes ", poursuit le directeur.

L'auteur de l'agression, déjà condamné pour détention de stupéfiants, est décédé sur place. Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer les circonstances exactes de sa mort.

Heurts entre habitants et policiers

La situation est tendue dans le quartier, des heurts ont éclaté entre la police et une trentaine de personnes du quartier, de tous âges. Les forces de police étaient la cible de quelques jets de pierres, et quelques poubelles ont été incendiées. Des gaz lacrymogènes auraient été utilisés. En marge de ces heurts, des journaliste ont été agressés, le vol semblant être la motivation des agressions.

La préfecture estime jeudi soir que la situation est sous contrôle mais appelle tout de même au calme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.