Cet article date de plus de huit ans.

Mort de Clément Méric : deux versions s'opposent

Huit personnes sont toujours en garde à vue, vendredi, au lendemain de la mort de Clément Méric, un jeune militant d'extrême gauche tombé sous les coups d'un groupuscule de l'ultra-droite. Les policiers remontent le fil des événements qui ont mené à la rixe mortelle, mais depuis l'agression, deux versions s'opposent.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (François Lafite Maxppp)

Jusqu'à la
rixe fatale mercredi soir, le déroulement des faits est assez clair. Mercredi, en fin d'après-midi,
les "antifa", un groupe auxquel appartenait Clément Méric, et des skinheads participent à
une vente privée d'une marque de vêtements prisée des deux camps dans un immeuble situé rue
Caumartin, dans le IXe arrondissement de Paris. Selon une source policière, les
deux groupes se croisent, les invectives fusent, et un vigile s'interpose et
demande au groupe de Clément de quitter les lieux. Le groupe d'extrême droite, lui,
reste dans le bâtiment.

Une quinzaine de minutes plus tard, l'agent de sécurité, qui avait servi de médiateur entre les
deux camps, autorise les skinheads à sortir. Une fois dehors, les jeunes se
retrouvent. Clément et ses amis se trouvent encore là. Il y a alors une
bousculade, puis des échanges de coups.

Invectives
et bousculades

Les
versions divergent ensuite sur la responsabilité de la bagarre. Selon le témoignage
d'un militant de l'action Anti-Fasciste Paris-Banlieue recueilli par Le
Parisien
, "lors de la vente, [Clément et ses
amis] ont reconnu des individus appartenant à la mouvance skin néo-nazi. Des
invectives ont été lancées. (...) Suite à cela, ils les ont retrouvés à
l'extérieur. Les skinheads étaient alors cinq, armés et ils les ont agressés
" , a
expliqué le militant.

Faux,
répond depuis jeudi Serge Ayoub, le leader des Jeunesses nationalistes
révolutionnaires
(JNR), auxquelles les skinheads sont soupçonnés d'appartenir. Selon
le fondateur des JNR et de Troisième Voie, Clément Méric et ses amis les
attendaient à la sortie de la vente privée et ce sont eux qui ont provoqué l'agression.

Selon une
source policière, la victime a été "frappée par l'un des skins " . Un
coup peut-être porté avec un poing américain, l'enquête devra le déterminer.
Sous la violence de l'impact, la tête de Clément Méric est allée heurter un poteau
et le jeune étudiant s'est effondré.

Cinq hommes
et deux femmes

Jeudi,
quatre personnes, trois hommes et une femme, ont été interpellées en milieu de
journée en Seine-Saint-Denis. Parmi elles figure l'auteur présumé du coup
mortel, Esteban, âgé de 20 ans. En fin d'après-midi, deux hommes et une femme
se sont rendus à la police, un autre homme s'est rendu un peu plus tard. Tous sont encore en garde à vue.

L'autopsie
de Clément Méric doit être réalisée vendredi, elle devrait déterminer la cause de son
décès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.