"Mon père est un miraculé" raconte le fils d'un randonneur perdu dans la Sainte-Baume dans le Var, pendant 5 jours

Le septuagénaire, "randonneur aguerri", selon son fils, est parti sans téléphone portable. Il a passé quatre nuits réfugié sur une corniche sans pouvoir appeler à l'aide.

Article rédigé par
avec France Bleu Provence - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le septuagénaire varois a passé quatre nuits sur une corniche du massif de la Sainte-Baume (photo d'illustration, chapelle du Saint-Pilon, 21 octobre 2017). (BOUTRIA LUC / MAXPPP)

"C'est un miracle !, mon père un miraculé", Camille Trégret répète ces phrases à plusieurs reprises au cours de l'entretien qu'il a accordé à France Bleu Provence mercredi 24 juin. Camille Trégret est le fils d'André Trégret, ce randonneur de 70 ans qui a passé 5 jours et 5 nuits dans le massif de la Sainte-Baume (Var). Parti pour une randonnée d'une journée, le retraité de 70 ans s'est perdu sur un sentier le jeudi 18 juin avant de réapparaître dans la nuit de lundi à mardi à l’Hostellerie de la Sainte-Baume, sur la commune du Plan d’Aups.

Déshydraté et fatigué, ce retraité de 70 ans, habitant de Six-Fours, est toujours hospitalisé à Aubagne. Il n'a pas pu s'exprimer au micro de France Bleu Provence mais son fils, Camille, a souhaité raconter l'histoire incroyable de son père. "Mon père est un randonneur aguerri. Il est parti jeudi dernier pour une randonnée d'une journée avec, dans son sac, un sandwich, 2 pommes, 3 gâteaux et 2 petites bouteilles d'eau. Il n'a pas de téléphone portable, il est donc parti sans moyen de communication".

Il s'est perdu et s'est retrouvé sur une petite corniche d'un mètre. C'est là qu'il a dormi pendant 4 nuits. 

Camille Trégret, le fils du randonneur miraculé

à France Bleu Provence

Le jeune homme raconte que son père "s'est retrouvé très rapidement sans nourriture et sans eau. Il a donc bu son urine pendant 4 jours pour ne pas mourir de soif. Il a aussi tenté de retrouver son chemin vers l'Hostellerie en empruntant chaque jour un sentier différent mais il atterrissait à chaque fois sur 'sa corniche'". Le retraité a retrouvé espoir au cours du week-end quand il a aperçu l'hélicoptère des gendarmes : il a agité son coupe-vent pour leur faire signe, en vain.

"Il a bu son urine pendant quatre jours pour ne pas mourir"

Dimanche soir, en fouillant dans son sac, André Trégret retrouve une pomme. Il pensait l'avoir mangée. "Cette pomme lui a peut-être redonné de l'énergie car lundi, il décide de repartir sur les sentiers. C'était sa dernière tentative, il était épuisé", poursuit son fils. Et ce fut la bonne ! Au milieu de la nuit, André Trégret réapparaît dans une des salles de l'Hostellerie de la Sainte-Baume, tenue par les frères dominicains qui avaient prié pour le disparu quelques heures plus tôt. "C'est un véritable miracle", a réagi un membre de "l'École de vie" hébergé chez les Dominicains.

"Un miracle" c'est donc aussi le terme employé par la famille d'André Trégret : "Mon père est croyant, il nous a expliqué avoir fait appel à Dieu pour s'en sortir. Ce fut pour lui un vrai chemin spirituel. Et il espère rencontrer rapidement les frères dominicains". Le randonneur pourra même leur téléphoner : sa famille va lui offrir très rapidement son premier téléphone portable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.