Tuerie de Chevaline : le mystère demeure

Cinq ans après les faits, le mystère reste entier et la tuerie de Chevaline n'est toujours pas élucidée.

France 3

Il est environ 16 heures, il y a cinq ans, lorsqu'un touriste britannique découvre sur un chemin forestier des bords du lac d'Annecy une voiture et quatre corps inanimés. Derrière le volant, un père de famille britannique d'origine irakienne, tué par balles. À l'arrière, son épouse et sa belle mère. À l'extérieur, un cycliste savoyard est lui aussi abattu. Seules survivantes, une fillette de 7 ans gravement blessée et une autre fillette découverte huit heures plus tard par les enquêteurs. Très vite, le cycliste est présenté comme une victime collatérale.

Moyens importants mis en place

L'enquête se penche vite sur l'histoire familiale. Le père de famille était en conflit avec son frère à propos de l'héritage de leur père. Autre piste, plutôt mystérieuse : la profession du père de famille. Il participait à la mise au point de satellites. Aujourd'hui, le mystère reste entier malgré les moyens importants déployés pendant des mois. L'arme du crime est toujours activement recherchée, un ADN trouvé sur place n'a toujours pas été identifié. 

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée du village de Chevaline (Haute-Savoie), le 18 février 2014.
L'entrée du village de Chevaline (Haute-Savoie), le 18 février 2014. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)