Meurtre de Mireille Knoll : deux accusés vont être jugés

Publié Mis à jour
Meurtre de Mireille Knoll : deux accusés vont être jugés
France 2
Article rédigé par
E. Pelletier, C. Weill-Raynal, J. Jonas, E. Piquereau, A. Blacher, R. Duroselle, C. Berbett-Justice - France 2
France Télévisions

Mardi 26 octobre, la cour d'assises de Paris jugera les accusés du meurtre de Mireille Knoll, une femme assassinée dans son appartement en 2018. Le caractère antisémite du meurtre a été retenu. L'affaire avait scandalisé l'opinion publique.

Une question hante les proches de Mireille Knoll depuis son décès : pourquoi cette femme octogénaire et sans histoire a-t-elle été lâchement assassinée ? Le 23 mars 2018, le corps de la femme est découvert chez elle, calciné et marqué par onze traces de coups de couteau. Près de 3 ans plus tard, le procès des deux accusés s'ouvre à la cour d'assises de Paris. Les deux individus sont Yacine Mihoub, fils d'une voisine, et Alex Carrimbacus, un ami de ce dernier. Le face-à-face avec les deux accusés est un moment que redoute le fils de la victime. "Elle a été poignardée, mais en plus, elle a été brûlée. Pour moi, il n'y a pas pire", déclare Daniel Knoll.

La réclusion criminelle à perpétuité ?

Tout ce que souhaite Daniel Knoll, c'est qu'un des deux accusés assume être le tueur de sa mère. Car aucun des deux hommes n'assume le geste, s'accusant l'un et l'autre. Yacine Mihoub a également été accusé par Alex Carrimbacus de crier "Allah Akbar" avant de passer à l'acte. Pour l'avocat d'Alex Carrimbacus, il s'agit d'un "crime de haine" que son client n'a pas commis. "C'est de l'antisémitisme crapuleux", estime Me Gilles-William Goldnadel, avocat de la famille Knoll. L'antisémitisme étant une cause aggravante dans ce meurtre, les deux hommes risquent la perpétuité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.