Cet article date de plus de huit ans.

Clément Méric, étudiant à Sciences Po et militant antifasciste

Le portrait du jeune homme de 18 ans, mort des suites de ses blessures après une altercation avec des skinheads d'extrême droite, commence à s'esquisser.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Clément Méric, étudiant de 18 ans et militant d'extrême gauche, est mort lors d'une bagarre, mercredi 5 juin à Paris, avec des skinheads d'extrême droite. ( MAXPPP)

Qui était Clément Méric, victime, selon les mots du Parti de gauche, de "l'horreur fasciste" ? Le jeune militant d'extrême gauche est mort, jeudi 6 juin, après avoir été frappé en pleine tête lors d'une altercation avec un groupe de skinheads d'extrême droite, la veille, à Paris.

Francetv info esquisse le portrait du jeune homme, à partir des premiers éléments connus de son parcours.

Une scolarité sans histoire à Brest

Agé de 18 ans, Clément Méric n'était à Paris que depuis la rentrée 2012. Il était élève en première année à l'Institut d'études politiques de Paris. Selon Le Télégramme, le jeune homme était originaire de Brest, où il avait été élève au lycée de l'Harteloire. Ses parents, deux professeurs de droit à la retraite, habitent aujourd'hui dans le Gers.

Le proviseur de l'établissement, interrogé par le quotidien régional, décrit "un élève brillant", qui avait obtenu son bac S avec mention "bien". "Courtois et respectueux des autres", il était représentant des élèves dans son établissement. "Il était particulièrement éloquent et on sentait en lui l'âme d'un jeune homme capable d'endosser des responsabilités", se souvient le responsable.

Son adhésion au mouvement "antifa"

Selon Le Monde, Clément Méric militait déjà au lycée, notamment aux côtés de la section brestoise de la Confédération nationale du travail (CNT). Le jeune étudiant adhère au syndicat Solidaires Etudiant-e-s de Sciences Po lors de son arrivée à Paris.

Clément Méric s'engage parallèlement dans les rangs du groupe Action antifasciste Paris-Banlieue, qui s'inscrit dans la lignée du mouvement skin d'extrême gauche. Idéologiquement opposés aux skinheads d'extrême droite, ils adoptent cependant des codes vestimentaires et des méthodes qui s'en rapprochent. "L'action de ce groupe consiste à organiser des contre-manifestations lors de rassemblements extrémistes, explique à francetv info Alexandre Tessereau, un militant du Parti de gauche, qui a côtoyé Clément Méric. Ce mouvement est issu du Scalp [Section carrément anti Le Pen], auto-dissout en janvier 2013, qui menait des actions très violentes.

Action antifasciste Paris-Banlieue a par ailleurs expliqué que Clément Méric "se relevait d'une leucémie", sans que cette information soit confirmée par d'autres sources.

Une vidéo mise en ligne sur YouTube montre Clément Méric en train de manifester, le 17 avril, contre le collectif de La Manif pour tous, rassemblé aux Invalides. Il y apparaît le visage à demi masqué par un foulard rouge. 

Capture d'écran d'une vidéo montrant Clément Méric (qui porte un foulard rouge) en train de manifester contre le collectif de La Manif pour tous, le 17 avril 2013 à Paris.  (YOUTUBE / FRANCETV INFO)
  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mort de Clément Méric

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.