Le meurtier présumé d'un dentiste s'est suicidé dans la nuit, près de Nantes

Retrouvé par les gendarmes, le suspect s'est donné la mort. 

 Le tireur présumé s\'est donné la mort au nord de Nantes (Loire-Atlantique), mardi matin.
 Le tireur présumé s'est donné la mort au nord de Nantes (Loire-Atlantique), mardi matin. (FRANCETV INFO / GOOGLE MAPS)

Le meurtrier présumé d'un chirurgien-dentiste a parcouru près de 400 km avant de mettre fin à ses jours. Lundi 17 février dans l'après-midi, un dentiste a été retrouvé, une balle dans la tête, à son cabinet du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). Le tireur présumé s'est donné la mort au nord de Nantes (Loire-Atlantique), mardi matin. 

Une information judiciaire avait été ouverte à Bobigny pour permettre aux enquêteurs de la brigade criminelle de Paris de le localiser.

La traque du tireur

Après avoir révélé son acte à des proches, le meurtrier présumé a été placé sous surveillance par les gendarmes. Selon une source proche du dossier, l'homme a été repéré alors qu'il revenait chez lui, au nord de Nantes, à bord de son véhicule. C'est là qu'il a été pris en chasse. 

Vers 2 heures du matin, l'homme s'est retrouvé acculé et est finalement sorti de sa voiture avant de retourner son arme contre lui. Agé de 65 ans, le tireur présumé, dont l'épouse est dentiste dans la région nantaise, est mort des suites de ses blessures dans la nuit.

Un meurtre par jalousie ? 

Le tireur était soupçonné d'avoir pris pour cible le chirurgien dentiste alors qu'il se trouvait en consultation lundi, dans son cabinet médical, rue Marcel-Deboffe, dans le centre du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis).

Après avoir entendu une détonation, des collègues du praticien ont découvert l'homme grièvement blessé, un impact de balle au niveau de la tempe. Le tireur présumé a expliqué à ses proches avoir agi par jalousie, soupçonnant le chirurgien de région parisienne d'être l'amant de son ex-femme. Le chirurgien-dentiste, qui était dans un état grave lundi soir, a succombé à ses blessures, a précisé une source judiciaire.