Infanticide de Berck-sur-mer : Fabienne Kabou fait appel de sa condamnation

Cette mère, condamnée à vingt ans de prison, a interjeté appel vendredi matin, assure "Le Figaro".

Fabienne Kabou dans le box de la cour d\'assises de Saint-Omer (Pas-de-Calais), le 23 juin 2016. 
Fabienne Kabou dans le box de la cour d'assises de Saint-Omer (Pas-de-Calais), le 23 juin 2016.  (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)

Fabienne Kabou sera rejugée devant une cour d'assises. Cette mère de 39 ans, condamnée à vingt ans de prison pour avoir noyé sa fille de 15 mois sur une plage de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), a interjeté appel, vendredi 1er juillet, rapporte Le Figaro

La cour d'assises de Douai avait retenu l'altération du discernement de l'accusée au moment des faits. La peine encourue avait ainsi été ramenée de la perpétuité à trente ans. 

Les experts divisés sur le cas de cette femme

Le cas de cette femme a divisé les experts. Sur les quatre collèges saisis, un seul, composé de trois psychiatres de renom, a diagnostiqué chez Fabienne Kabou une psychose. 

Tout au long du procès, les débats ont oscillé entre deux visions d'une même femme : celle d'une mère infanticide "menteuse" et "manipulatrice", qui a prémédité son crime de manière froide et utilitaire, et celle d'une mère aimante, mais malade, souffrant d'une "psychose délirante chronique paranoïaque". Son avocate, Me Fabienne Roy-Nansion, avait plaidé la maladie mentale de sa cliente, tout comme l'avocat de la principale partie civile du dossier, Michel Lafon, le père de la petite Adélaïde.