Mort de Thomas à Crépol : dans le village, l'émotion est encore vive

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Dans la nuit du 18 au 19 novembre, Thomas, un jeune de 16 ans, est mort poignardé lors d’un bal dans la salle des fêtes de Crépol, dans la Drôme. Neuf suspects ont été mis en examen, mais l'auteur du coup de couteau mortel n'a pas été formellement identifié.
Mort de Thomas à Crépol : dans le village, l'émotion est encore vive Dans la nuit du 18 au 19 novembre, Thomas, un jeune de 16 ans, est mort poignardé lors d’un bal dans la salle des fêtes de Crépol, dans la Drôme. Neuf suspects ont été mis en examen, mais l'auteur du coup de couteau mortel n'a pas été formellement identifié. (France 2)
Article rédigé par France 2 - O.Martin, N.Baker, J.-C.Martin
France Télévisions
France 2
Dans la nuit du 18 au 19 novembre, Thomas, un jeune de 16 ans, est mort poignardé lors d’un bal dans la salle des fêtes de Crépol, dans la Drôme. Neuf suspects ont été mis en examen, mais l'auteur du coup de couteau mortel n'a pas été formellement identifié.

À Crépol (Drôme), plus de deux mois après les faits, les scellés d'enquête sont toujours apposés sur la salle des fêtes où le drame a eu lieu. De temps en temps, certains habitants déposent quelques fleurs à l'entrée. Thomas avait 16 ans. Dans la nuit du 18 au 19 novembre, l'adolescent est mort poignardé lors d'un bal de village. Une rixe d'une rare violence avait éclaté. La petite commune de 550 habitants a alors été plongée dans la stupeur et l'effroi.

Un traumatisme immense dans son club de rugby

Mercredi 7 février, l'émoi est encore vif dans le village. C'est à Romans-sur-Isère (Drôme), à 15 km de Crépol, que l'adolescent était scolarisé et qu'il pratiquait le rugby. Parmi ses coéquipiers, une quinzaine étaient présents à la soirée. Le traumatisme est encore immense. Le club de rugby veille au suivi psychologique de ces jeunes, pour les aider à surmonter l'épreuve. Romans-sur-Isère cherche toujours l'apaisement, car le drame a suscité de nombreuses tensions dans la ville. Neuf suspects ont été mis en examen : six majeurs et trois mineurs. Plus d'une centaine d'auditions a été menée. À ce jour, l'auteur du coup de couteau mortel n'a pas été formellement identifié.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.