Bouches-du-Rhône : une jeune fille de 17 ans tuée dans une fusillade à Septèmes-les-Vallons

La victime était avec deux autres personnes dans un véhicule qui a été criblé de balles par des armes de type Kalachnikov et fusil à pompes.

Article rédigé par
avec France Bleu Provence - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Septèmes-les-Vallons, près de Marseille, (Bouches-du-Rhône). (GOOGLE MAPS)

Une jeune fille de 17 ans a été tuée dans une fusillade à Septèmes-les-Vallons, près de Marseille (Bouches-du-Rhône), a appris vendredi 9 juillet France Bleu Provence auprès des pompiers. Selon les informations de franceinfo, de sources policières, les faits se sont produits aux alentours de minuit dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le véhicule dans lequel se trouvait la jeune femme a été pris pour cible et criblé de balles par des armes de type Kalachnikov et fusil à pompes. La jeune fille, inconnue des services de police, a été touchée à la tête à plusieurs reprises. Elle est décédée sur place.

Avec elle, à l'intérieur de la voiture, se trouvaient une autre femme née en 1998, propriétaire du véhicule, inconnue des services de police, ainsi qu'un autre passager, un homme né en 1999, blessé à l'épaule, médicalisé sur place puis amené à l'hôpital. Son pronostic vital n'est pas engagé. Lui est connu pour des affaires de stupéfiants et de violence.

"Je suis encore un peu sous le choc"

Des membres de la police judiciaire ont frappé aux portes des habitants du lotissement vendredi matin, pour comprendre les circonstances de la fusillade, a appris une journaliste de franceinfo sur place. "Je suis encore un peu sous le choc", confie un témoin de la fusillade.

"C'est choquant surtout que les enfants rentraient à peine, ils jouaient dehors avec leurs amis."

Un témoin, résident du lotissement

à franceinfo

"J'ai eu peur mais heureusement ils sont rentrés à temps", ajoute ce père de famille. En entendant les détonations, il a d'abord cru que c'étaient des pétards : "Deux minutes après, je suis sorti, il y avait les voisins dehors, il y avait une jeune fille là dans la voiture, allongée derrière, en train d'agoniser. J'ai vu des blessures sur la tête, c'est là que j'ai compris que c'était des coups de feu", raconte-t-il.

Une autre voisine fait part à franceinfo de sa "colère" et de sa "tristesse" face à ces gens qui "ont tiré à l'aveuglette".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.