Cet article date de plus de sept ans.

Marseille : un corps retrouvé dans une voiture en feu

Appelés pour un feu de voiture vendredi dans les quartiers Nord de Marseille, les marins-pompiers ont découvert un corps dans le coffre du véhicule. Il s'agit du douzième homicide par balles depuis janvier dans les Bouches-du-Rhône.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Un homme tué par balles retrouvé dans une voiture calcinée à Marseille © MaxPPP)

La victime retrouvée morte dans le coffre d’une voiture calcinée vendredi en fin d’après midi à Marseille est un homme, âgé d’une trentaine d’années. Les marins-pompiers pompiers ont d'abord mené une intervention sur un véhicule en feu, dans les quartiers Nord. Ils ont repéré le corps après avoir maîtrisé l’incendie, traverse du Château de Vento, dans le 14e arrondissement, le quartier de Sainte-Marthe.

Une technique pour éliminer les indices

Selon les premiers éléments de l’enquête, l'homme aurait été tué de deux balles dans la tête, avant la mise à feu du véhicule. Tout serait parti d'une violente dispute cité Le Mail à environ un kilomètre de la macabre découverte. Des témoins auraient vu deux individus se disputer avec un troisième, la victime. Et des coups de feu ont été entendus. 

Selon procureur de la République, "il ne s'agirait pas d'un règlement de comptes au sens traditionnel ", car visiblement "sans préméditation ".

Quelque soit le mobile, le scénario a déjà été vu à Marseille, un homicide suivi d’un incendie. Ce mode opératoire dit du "barbecue " est destiné à retarder l’identification de la victime et à éliminer un maximum d’indices.

Il s'agit du douzième meurtre ou assassinat par balle dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l’année. La plupart du temps, les mobiles tournent autour de la drogue, de dettes sur ce marché illégal ou de territoires que des dealers veulent conquérir.

 (Un homme tué par balles découvert à Marseille © idé)
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.