Cet article date de plus de huit ans.

Marseille : le jeune homme poignardé près du Vieux-Port est mort

Le jeune homme de 18 ans poignardé dimanche matin à Marseille est mort. Deux des trois agresseurs ont été arrêtés lundi. Ils s'étaient ensuite rendus dans un hôpital où ils avaient également agressé un infirmier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Philippe Laurenson Reuters)

Le garçon de 18 ans agressé dans le centre-ville de Marseille dimanche est décédé ce lundi. Le jeune homme, d'origine comorienne, était connu des services de police pour plusieurs délits et vols et était sorti de prison récemment.

Un de ses agresseurs, âgé de 27 ans a été
interpellé à Marseille lundi dans la journée. Il a été repéré grâce au numéro de la plaque d'immatriculation de sa voiture, relevé sur les images de vidéosurveillance. Il est "connu des services de police pour des affaires de vol, d'escroquerie et de recel ", précise le parquet. Un deuxième agresseur présumé a été interpellé vers 17h et placé en garde à vue. Un troisième homme est toujours recherché.

Tous trois sont soupçonnées d'avoir agressé un jeune
homme de 18 ans dimanche, près du Vieux-Port. Blessés, l'un d'entre eux a ensuite porté un coup de couteau à un infirmier aux
urgences
 qui tentait de s'occuper d'eux.

Un infirmier agressé

Dimanche, ils ont
participé à une rixe vers 5h30 et ont blessé un jeune homme au thorax. Egalement blessés,
ils se sont ensuite rendus dans un hôpital. C'est là que l'un d'entre eux a
agressé avec une arme blanche, après l'avoir insulté, un infirmier chargé de
l'accueil aux urgences qui lui demandait ses papiers d'identité et de sécurité
sociale, selon Bastien Ripert, directeur de cabinet à l'APHM (Assistance
publique des hôpitaux de Marseille).

Lundi matin, le
directeur général de l'APHM a lancé un appel à l'aide. "Nos personnels ne
sont pas formés à affronter la violence armée
"", a-t-il confié. Il
considère qu'il "ne peut pas assumer la protection " de son
personnel, et assure qu'il en parlera dès aujourd'hui avec "les autorités
de l'Etat
".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.