Cet article date de plus de sept ans.

Marseille- Colombes : l'insécurité dans les municipales

Alors que Manuel Valls souhaite un "pacte national" contre le trafic de drogue, la sécurité est en train de devenir LE thème de campagne des municipales de l'année prochaine. Après les fusillades à répétition à Marseille et à Colombes, les postulants à la candidature se déchirent.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Philippe Laurenson Reuters)

Ce jeudi, Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, s'est empressé de se rendre à Colombes dans les
Hauts-de-Seine, après deux fusillades en 24h. Et il a annoncé la création d'une zone de sécurité prioritaire.
Le ministre de l'intérieur estime que la sécurité sera au coeur des
préoccupations pendant cette campagne. C'est un thème sur lequel le PS fait
désormais concurrence à l'UMP.

 Il y a d'abord les
faits divers, sanglants, qui poussent les élus à parler de sécurité. Et il y a du nouveau au PS, le parti a fait sa révolution culturelle, poussé
justement par ces élus de terrain.  Clothilde Valter est chargée de la
sécurité au parti socialiste : "Ce sont les élus locaux qui ont fait évoluer le
PS."

 Il y a 15 ans la
police municipale ou les caméras de surveillance c'était tabou au PS. Aujourd'hui ça a beaucoup changé d'après le député socialiste de l'Essonne Jérome
Guedj :

"Derrière nous, on a dix années de gestion municipale, ça
produit des générations pragmatiques".

La sécurité c'est LE
terrain de jeu de la droite, alors l'UMP a déjà préparé ses arguments, résumés
par le monsieur sécurité du parti Eric Ciotti. Il dénonce la victoire d'une "idéologie de l'excuse ".

Et pour l'instant,
les sondages placent toujours l'emploi en tête des préoccupations des Français.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.