Loiret : le garçon de 5 ans retrouvé inanimé après avoir subi des violences est mort

Le beau-père et la mère de l'enfant ont été placés en détention. Une autopsie doit être effectuée ce lundi à l’institut médico-légal de Tours.

Article rédigé par
Avec France Bleu Orléans - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Olivet (Loiret). (GOOGLE MAPS)

Un garçon de 5 ans est mort vendredi 22 janvier à l’hôpital de Tours après avoir subi des violences au domicile familial à Olivet, dans le Loiret. Il avait été retrouvé inanimé par un voisin samedi 16 janvier, a appris France Bleu Orléans de source policière lundi 25 janvier.

Ce voisin avait lancé l’alerte. L’enfant inconscient avait été hospitalisé au CHR d’Orléans et ensuite transféré au CHU de Tours. Il souffrait d’infirmité permanente. Une autopsie doit être effectuée ce lundi à l’institut médico-légal de Tours.

Le beau-père et la mère soupçonnés de violences répétées

Le beau-père et la mère de l’enfant ont été mis en examen notamment pour "violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur mineur de 15 ans par ascendant". Le couple a été placé en détention provisoire le 18 janvier dernier. Il est soupçonné de violences répétées : son corps porte notamment "traces de nombreuses lésions et cicatrices, ainsi que de fractures osseuses, évoquant des violences répétées dans le temps, causées par un ou plusieurs tiers", avait indiqué Emmanuelle Bochenek-Puren, procureure de la République d'Orléans, dans un communiqué.

Le nourrisson de quatre mois qui vivait également au domicile du couple a été placé à l’aide sociale à l’enfance. L’enquête a été confiée aux policiers de la sûreté départementale du Loiret.

Une information judiciaire avait été ouverte par le parquet d’Orléans des chefs de "violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente commises sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité, abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit contre l'intégrité d'un mineur de 15 ans et non dénonciation de crime". Avec la mort de l’enfant, l’information judiciaire sera requalifiée en homicide.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.