Cet article date de plus de quatre ans.

Loire-Atlantique : un enfant de 8 ans meurt noyé dans une baignoire après avoir été torturé

Un enfant de 8 ans est mort noyé dans une baignoire, mercredi, à Saint-Herblain en Loire-Atlantique. Sa mère et son compagnon sont soupçonnés de l'avoir également torturé. Ils ont été mis en examen et placés en détention samedi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'immeuble où le garçon de 8 ans s'est noyé dans la baignoire de l'appartement familial, le mercredi 11janvier. (MARC ROGER / MAXPPP)

Un petit garçon de 8 ans est mort noyé dans la baignoire de l'appartement familial, mercredi, à Saint-Herblain en Loire-Atlantique, selon France Bleu Loire Océan. Sa mère et le compagnon de celle-ci sont soupçonnés de meurtre et d'actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort. Ils ont été mis en examen et placés en détention pour meurtre et tortures, samedi 14 janvier.

Mercredi, le couple a lui-même appelé les secours expliquant que le petit garçon s'était noyé dans la baignoire. La police a été prévenue par les services de secours. 

Un "climat de persécution"

L'enfant avait des traces de liens sur ses poignets et ses chevilles et des cordelettes ont été retrouvées dans l'appartement. Il s'agirait d'une punition, apparemment pour une raison futile. La mère a expliqué l'avoir puni parce qu'il aurait mangé des bonbons alors qu'il était diabétique. Auparavant, l'enfant aurait aussi dû faire des flexions, pendant une heure, avant d'être frappé. Le petit garçon était régulièrement victime de violences du même type. À propos de cette affaire, le procureur de la République parle d'un "climat de persécution".

Le petit garçon était arrivé à la fin de l'été de Côte d'Ivoire. Les violences duraient apparemment depuis son arrivée. Deux autres enfants vivaient dans l'appartement, un de trois ans et un bébé de 18 mois qui, eux, ne présenteraient pas de traces de violence. Tous les deux ont été placés par l'aide sociale à l'enfance (ASE).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.