Lille : un ancien légionnaire condamné à 7 ans de prison pour 26 cambriolages, dont certains chez des personnes décédées

Un ancien légionnaire âgé d'une soixanatine d'années a été condamné à sept ans de prison ferme pour 26 vols commis par effraction, notamment chez des personnes récemment décédées. Il repérait ses victimes dans les rubriques nécrologiques des journaux.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un sexagénaire a été condamné à sept ans de prison ferme pour 26 vols commis avec effraction, notamment chez des personnes décédées (photo d'illustration).  (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Un ancien légionnaire a été condamné lundi 7 juin à sept ans de prison ferme pour 26 vols par effraction commis entre décembre et mars derniers, a appris ce mercredi 9 juin franceinfo auprès de la sûreté urbaine de Lille. Parmi ces cambriolages, 18 ont eu lieu dans diverses sociétés de la métropole lilloise, dont un cabinet médical, un club de golf ou encore une supérette. Mais ce qui a marqué les enquêteurs sur cette affaire, c'est le "côté immoral" du cambrioleur, qui est entré par effraction chez plusieurs personnes récemment décédées.

Les butins lui permettait de financer son addiction aux jeux, selon les enquêteurs

L'homme, âgé d'une soixantaine d'années, repérait ses victimes dans les rubriques nécrologiques des journaux. Il se déplaçait ensuite devant leurs domiciles, puis composait le numéro de téléphone fixe qu'il trouvait dans les pages blanches pour s'assurer qu'il n'y avait plus personne dans les maisons. Il a ainsi dérobé des bijoux, de l'argent et divers objets de valeur, lui permettant d'assouvir son addiction aux jeux, selon les enquêteurs. L'ancien légionnaire pouvant effectivement dépenser 150 euros par jour dans des paris hippiques.

Pendant son procès, le sexagénaire a continué de nier les faits. Les policiers ont pourtant retrouvé la cagoule, le pied de biche ainsi que des chaussures de randonnées "atypiques" reconnues sur des vidéosurveillances, lors de son interpellation le 7 avril dernier dans un hôtel de la région lilloise. L'homme est par ailleurs très connu pour ce type d'infractions depuis plusieurs années à Pérenchies. L'enquête a démontré qu'il "travaillait" également à Capinghen, Villeneuve d'Ascq, Marcq-en-Barœul, ou encore Armentières.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.