Cet article date de plus de huit ans.

Les premiers éléments du scénario de la tuerie de Haute-Savoie

Le procureur de la République d'Annecy a esquissé jeudi lors d'une conférence de presse les contours de ce qui a pu se passer mercredi en milieu d'après-midi sur un parking de route forestière à Chevaline, en Haute-Savoie. Récit de la première personne sur les lieux et premiers éléments de l'enquête.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

C'est grâce aux déclarations du premier témoin arrivé sur
les lieux que les enquêteurs ont une idée un peu plus claire du fil des
événements. C'est lui qui a alerté les pompiers à 15h48 mercredi. Son récit a
été rapporté jeudi par le procureur de la République d'Annecy, Eric
Maillaud, lors d'une conférence de presse.

La petite fille s'effondre sur la route

L'homme est un cycliste britannique en balade sur un chemin
forestier goudronné près du lac d'Annecy. Il arrive sur un parking, point de
départ d'une randonnée. C'est là qu'il découvre le break BMW. Le moteur du véhicule est en
marche. Il aperçoit également une petite fille avancer vers l'avant de la
voiture. Elle titube avant de s'effondrer sur la route. L'homme, un ancien de
la Royal Air Force, place l'enfant en position de sécurité et alerte les
pompiers.

Trois corps dans la voiture

C'est ensuite en faisant le tour de la voiture qu'il
découvre une deuxième victime : un autre cycliste qui l'avait doublé un
peu pus tôt dans une montée. Puis le témoin s'approche de la voiture et brise la
fenêtre avant-droite pour couper le contact. C'est là qu'il tombe sur les trois
derniers corps : le conducteur et deux femmes sur la banquette arrière.

Pas d'impacts sur la carrosserie

Une fois sur place, les enquêteurs commencent à ratisser la
zone. Premier constat : beaucoup de coups de feu ont été tirés. Une
quinzaine de douilles ont été retrouvées sur place. Deuxième observation :
trois des quatre personnes tuées ont reçu une balle dans la tête. Il s'agit du
conducteur de la BMW, l'une des deux femmes sur la banquette arrière et le
cycliste découvert à proximité. Le procureur s'est refusé néanmoins à
privilégier toute hypothèse, même si l'absence de balles perdues dans la
carrosserie laisse penser à un travail de professionnel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.