Cet article date de plus de huit ans.

Les deux organisateurs présumés du trafic de bébés roms mis en examen

Les deux organisateurs présumés du trafic de bébé roms en Corse et à Marseille ont été mis en examen et écroués. Ils sont poursuivis pour "traite d'êtres humains". Ils risquent jusqu'à dix ans de prison.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Les deux hommes sont arrivés à Marseille en provenance de
Bastia. Soupçonnés d'être les organisateurs d'un trafic de bébé roms ils ont,
dans la foulée, été mis en examen et écroués pour "traite d'êtres
humains". Le parquet de Marseille avait requis un mandat de dépôt. Selon
la police "il est possible qu'ils préparaient leur fuite en Roumanie via l'Italie ".

Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir effectué deux ventes
de nourrissons
en mai dernier à Ajaccio et à Marseille en juillet. Des bébés
vendus pour environ 10.000 euros chacun à des membres de la communauté des gens
du voyage.

L'un
des couples qui avait acheté l'un des bébés a été mis en examen pour "entremise
lucrative pour abandon, provocation à l'abandon et obtention frauduleuse de
documents administratifs".

Une troisième transaction déjouée

Le personnel de la
maternité de l'hôpital Nord de Marseille, où est né ce bébé le 21 juillet,
avait été interpellé par la présence permanente de ces "adoptants" au
chevet de la jeune femme, âgée de 32 ans, mère déjà de cinq enfants et qui a
quitté les lieux, contre l'avis médical, sans le bébé.

Vivant dans un camp rom
des quartiers nord, elle a rallié le jour de la vente la Roumanie, où elle
pourrait être bientôt entendue. Elle était "particulièrement triste",
a souligné le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, évoquant sa
"détresse". Dans ce dossier, une
troisième transaction a par ailleurs été déjouée à Marseille, alors que la mère
était encore enceinte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.