Le ras-le-bol des policiers d'Amiens

Depuis une dizaine d'années les policiers d'Amiens réclament un nouveau commissariat pour remplacer l'actuel, trop vétuste. Et ils dénoncent "des manques de moyen qui ne peuvent qu'avoir des répercussions sur la sécurité des concitoyens". Les syndicats alertent sur le délabrement des locaux et de manque de moyens, les toilette hors service etc.

(Des policiers amiénois en intervention à Amiens Nord en 2012. © PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD/Frédéric DOUCHET)

Après les violences urbaines de 2012 et le classement d'Amiens Nord en zone de sécurité prioritaire, les policiers espéraient des moyens : les cellules de garde à vue ont bien été refaites au commissariat, mais la plomberie est dans un état déplorable, comme au service d'intervention, qui compte 21 policiers : "Ca fait déjà un an qu'on n'a plus d'eau chaude ", décrit Steeve, l'un des fonctionnaires du service. "Dans les toilettes, il n'y a plus d'eau. Il faut remplir un seau d'eau. On ne demande pas que ce soit le luxe, mais que ce soit correct ".

Stéphane Fiévet, secrétaire du syndicat FO-SGP police à Amiens, décrit les conditions dans lesquelles travaillent les policiers amiénois.
--'--
--'--

A chaque demande, les policiers ont la même réponse : pas de moyens. Le service d'intervention, implanté dans 150 mètres carrés, devrait déménager en fin d'année, mais dans un bâtiment plus petit : 50 mètres carrés. Et puis il y a les problèmes de voitures. Stéphane Fiévet est responsable du syndicat SGP police FO à Amiens : "Des efforts ont été faits ces derniers mois pour avoir un parc automobile correct. Mais ça reste insuffisant. J'ai l'exemple de la BAC cet été, qui tournait en patrouille sur des vélos de la ville, tout simplement parce qu'il n'y avait pas suffisemment de véhicules banalisés pour qu'ils puissent faire leur travail correctement. "

Les policiers espèrent un nouveau commissariat dont on parle depuis plus de 10 ans. Mais il est loin de sortir de terre. Selon la ville, il n'y a aucun projet de l'Etat à l'heure actuelle.