Cet article date de plus de neuf ans.

Le président du Parc naturel régional de Corse assassiné à Ajaccio

Jean-Luc Chiappini est la dixième personne à tomber sous les balles depuis le début de l'année en Corse. Le président de la réserve naturelle de Corse a été tué jeudi en début d'après-midi, quelques minutes après son arrivée à l'aéroport d'Ajaccio.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Le président du Parc naturel régional de la Corse (PNRC), Jean-Luc
Chiappini, a été assassiné par balles jeudi à Ajaccio. Cet homme âgé de 65
ans aurait été tué alors qu'il se trouvait dans une voiture du PNRC qu'il
conduisait entre l'aéroport Napoléon-Bonaparte, à Campo dell'Oro, et Ajaccio,
en début d'après-midi.

Jean-Luc Chiappini a été tué de plusieurs balles. Il revenait d'un
voyage à Paris. C'est le maire d'Ajaccio, Simon Renucci, qui a annoncé cette
nouvelle. Il s'est rendu sur le lieu du meurtre juste après avoir voyagé dans
le même avion que la victime.

Premiers éléments de l'enquête

Selon les tous premiers éléments de l'enquête, plusieurs coups de
feu tirés ont été tirés par un individu passager d'une moto. Les deux personnes
ont ensuite réussi à prendre la fuite. De son côté, la victime a terminé sa
course en percutant d'autres voitures, sans faire d'autres victimes que lui.

 

Jean-Luc Chiappini avait été réélu pour son 3e mandat récemment
au poste de président du PNRC. Il était par ailleurs maire depuis 1977 du
village de Letia en Corse-du-Sud. 

Le 3e notable assassiné en 6 mois en Corse

Jean-Luc Chiappini, à la tête du PNRC depuis 1995, est la dixième personne tuée en Corse depuis le début de l'année. Sa mort intervient
après celles de deux autres notables de l'Ile de beauté, l'ancien bâtonnier de l'ordre des avocats Antoine Sollacaro, le
16 octobre dernier, Jacques Nacer, président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, le 15 novembre.

Jean-Luc Chiappini, également président de la communauté de
communes de son canton, était candidat pour le Parti libéral aux dernières
élections territoriales. Une minute de silence a été décidée jeudi après-midi par les élus
de l'Assemblée de Corse.

En 2012, il y a eu 19 meurtres et 16 tentatives en Corse pour une
population totale de 310.000 habitants. Les ministres de la Justice et de
l'Intérieur avaient annoncé des mesures pour lutter contre l'exceptionnelle
criminalité en Corse lors d'un déplacement en novembre dernier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.