Le député-maire UMP de Châteaurenard blessé à coups de couteau

Bernard Reynès, le député-maire UMP de Châteaurenard dans les Bouches-du-Rhône, et deux autres personnes ont été blessés à coups de couteaux ce lundi lors des cérémonies du 11 Novembre. L'agresseur a été interpellé par les gendarmes. L'état des blessés ne serait pas grave.

(Valérie Farine Maxppp)

Le député-maire UMP de Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône, Bernard Reynès et deux autres personnes, l'adjointe aux écoles et un conseiller municipal, ont été blessés à coups de couteaux ce lundi. L'incident s'est déroulé lors des cérémonies du 11 Novembre, devant le cimetière de cette commune de 15.000 habitants précise La Provence.

Marcel Martel, le premier ajdoint au maire de Châteaurenard, a assisté à la scène. Selon lui, l'homme s'est rapidement extrait de la foule, un couteau à la main. "Un des élus [Louis Bouchet] a tenté de l'intercepter. Il s'est pris plusieurs coups de couteaux. C'est le plus sérieusement atteint. On craint que le poumon ne soit perforé ", a-t-il expliqué.

Puis, l'homme, âgé d'une trentaine d'années selon Marcel Martel, a poignardé une adjointe, Françoise Cestier, blessée au niveau de la hanche, avant de se "jeter sur le député-maire et lui a donné trois coups de couteaux dans le dos ".

Au moment de l'agression, le cortège d'une centaine de personnes se rendait
de la maison du combattant au cimetière de la ville à l'entrée duquel se dresse
le monument aux morts.
Des traces de sang étaient encore visibles sur la chaussée, à une vingtaine
de mètres de l'entrée du cimetière.

Le pronostic vital des blessés n'est pas engagé. Ils ont été hospitalisés à Avignon.
Selon les premiers éléments de l'enquête, c'est semble-t-il un déséquilibré
qui, pour des raisons encore inconnues, a frappé à coups de couteau l'élu et deux autres personnes.

Selon, le témoignage de Jean recueilli par France Bleu Vaucluse, Bernard Reynès a rapidement été pris en charge par les pompiers, tout comme les deux autres victimes.

François Hollande a réagi en début d'après-midi, ce lundi. Dans un communiqué, le président de la République condamne "cet acte (...) profondément odieux ". "Le chef de l'Etat tient à
apporter tout son soutien et sa solidarité au député-maire, aux
victimes, ainsi qu'à leurs familles
", ajoute la présidence
française.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a dénnoncé un acte "scandaleux". "Il appartient à la justice de poursuivre avec la plus grande sévérité leur agresseur ", a-t-il notamment déclaré sur Twitter.

L'agresseur, dont on ne connaît pas les motivations, a été
interpellé et placé en garde à vue dans les locaux de la
gendarmerie de Châteaurenard. L'enquête a été confiée à la gendarmerie d'Arles.