Cet article date de plus d'un an.

Moselle : la piste terroriste envisagée après une attaque à la gendarmerie de Dieuze

Lors d'un appel téléphonique, un individu a menacé de commettre un "carnage" au nom du groupe Etat islamique. Peu de temps après, un militaire de 19 ans s'est rendu à la gendarmerie armé d'un couteau.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Intervention des forces de l'ordre après une attaque au couteau à la gendarmerie de Dieuze (Lorraine), le 3 février 2020.  (MAXPPP)

Un militaire de 19 ans armé d'un couteau a attaqué lundi 4 février la gendarmerie de Dieuze (Moselle) juste après l'appel téléphonique d'un individu qui menaçait de commettre un "carnage" au nom du groupe Etat islamique. Même si le lien entre ces menaces téléphoniques et l'attaque qui a fait deux blessés – l'assaillant et un gendarme qui a ouvert le feu sur lui – n'a pas encore été formellement établi, le parquet de Metz a indiqué lundi soir avoir "bien évidemment pris attache avec le parquet national antiterroriste de Paris".

Celui-ci dira prochainement s'il se "saisit ou pas" de l'enquête, a spécifié le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri. Dans l'"appel reçu par le centre opérationnel de la gendarmerie peu avant" l'attaque, l'individu "a déclaré qu'il était militaire, qu'il allait y avoir un carnage à Dieuze et qu'il se revendiquait de l'Etat islamique", a relevé le magistrat devant la presse. Toutefois, en attendant la décision du parquet antiterroriste, "nous sommes dans une enquête de droit commun qualifiée de tentative d'homicide sur agent de la force publique".

"Une scène d'une certaine violence"

Tout a commencé vers 15 heures, avec les menaces téléphoniques reçues par le centre opérationnel. "Prises au sérieux", selon le colonel Nicolas Philippotin, commandant la section de recherches de la gendarmerie de Metz, elles ont été très rapidement transmises à la gendarmerie de Dieuze. Si bien que "quand l'individu a été aperçu, le lien a été fait" et les gendarmes sont immédiatement intervenus, a-t-il expliqué.

L'assaillant a réussi à pénétrer jusque dans les bureaux de la caserne, il a alors fait face à un gendarme qui a tiré sur lui "à deux reprises", le blessant à l'abdomen, "une scène d'une certaine violence", a complété le procureur de la République. Transporté à l'hôpital de Metz, le militaire de 19 ans qui s'était "engagé dans l'armée début décembre", a été opéré, a précisé Christian Mercuri. Quant au gendarme auteur des coups de feu, il a "été légèrement blessé au bras par l'arme blanche et hospitalisé".

Désormais, a expliqué le procureur, les investigations "sur la personnalité [de l'assaillant], sa famille, ses relations, ses fréquentations, ses lectures... permettront de voir si, effectivement, on est dans le contexte d'une radicalisation, de terrorisme" ou s'il s'agit d'une affaire "de pur droit commun avec un passage à l'acte lié à la personnalité". La direction de l'enquête a été confiée à la police judiciaire, en collaboration avec la section de recherches de la gendarmerie de Metz.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.