Cet article date de plus de sept ans.

Des braqueurs volent des disques d'or chez la mère de Joey Starr

Le domicile de la mère du rappeur, en Seine-Saint-Denis, a été cambriolé par quatre personnes armées. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un groupe de quatre malfaiteurs armés s’est introduit le 19 mai 2014 au domicile de la mère de Joey Starr, à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).  (GOOGLE MAPS)

Quatre malfaiteurs armés ont braqué la mère de Joey Starr, lundi 19 mai, à son domicile de Seine-Saint-Denis, avant de prendre la fuite avec des disques d'or dédicacés par le rappeur, selon des sources concordantes. 

Les voleurs, encagoulés et gantés, se sont introduits vers 9h30 dans l'appartement de la mère du chanteur, situé "dans un HLM assez vétuste" de Pierrefitte-sur-Seine, indique une source policière, confirmant une information d'Europe 1. "Ils ont sonné et elle leur a ouvert la porte. Ils l'ont alors poussée dans la cuisine", précise une source judiciaire, ajoutant que deux des malfaiteurs portaient des armes à feu.

Le demi-frère de Joey Starr a reçu un coup de crosse

Selon la source judiciaire, l'un des agresseurs a demandé "où se trouvait l'argent". Les quatre voleurs ont finalement mis la main sur sept disques d'or dédicacés par le chanteur de NTM, ainsi que sur un ordinateur. Ils ont ensuite pris la fuite. La mère de Joey Starr, âgée de 72 ans, "n'a pas été molestée" ni "blessée", précise la source policière. Le demi-frère de l'acteur, présent au moment des faits et qui cherchait à s'interposer, a en revanche reçu "un coup de crosse à la tête". 

Selon une source proche de l'affaire, les voleurs ne ciblaient pas forcément les disques d'or du chanteur, Didier Morville de son vrai nom, et ont "tout fouillé" avant de quitter les lieux. "L'appartement a été entièrement retourné", confirme la source judiciaire. La police judiciaire de Seine-Saint-Denis est chargée de l'affaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.