Cet article date de plus de neuf ans.

L'hôpital parisien Robert-Debré a fiché ses agents

"Le Canard enchaîné" a révélé l'existence d'un fichier où le comportement des agents était évalué et étiqueté.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Service de néonatologie de l'hôpital Robert-Debré. L'établissement a établi un fichier comportant 43 noms, d'aides-soignantes et d'auxiliaires de puériculture, dans lequel figurent notamment des appréciations sur leur comportement. (VOISIN / PHANIE / AFP)

"Comportement négatif", "souvent opposé aux changements", "minorité silencieuse"... Selon un document daté d'octobre 2013 et révélé mercredi 23 avril par Le Canard enchaîné, l'hôpital parisien Robert-Debré fiche ses agents en fonction de leur comportement. L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a reconnu les faits, tout en condamnant cette pratique.

Francetv info revient sur cette pratique illégale.

Que contient le fichier ?

Le fichier, envoyé par erreur dans un courrier interne daté d'octobre 2013 aux représentants du personnel, comporte 43 noms, ceux d'aides-soignantes et d'auxiliaires de puériculture de la maternité Robert-Debré. Y figurent leur métier, leur statut, titulaire ou contractuel, leur quota de travail et leurs horaires.

Chaque nom est souligné en couleur. Le jaune pour les "leaders négatifs", accusés d'avoir "une emprise négative sur l'équipe : refus du changement, commérage, opposition à la hiérarchie". Le bleu foncé pour le personnel au "comportement négatif", "souvent opposé aux changements". Le turquoise pour les agents "sociables", le rose pour les "experts", "favorables aux changements", et le gris pour la "minorité silencieuse".

Comment se défend l'hôpital ?

Dans les colonnes du Canard enchaîné, un salarié confie que la direction a expliqué à l'époque "que ce document était un outil de management qui n'aurait jamais dû fuiter". L'AP-HP est sur la même ligne aujourd'hui, évoquant un "document de travail". "La direction de l'établissement concerné a déjà condamné à plusieurs reprises et par écrit cette initiative inacceptable prise dans le cadre de la préparation d'un groupe de travail sur la maternité en octobre 2013", assure l'AP-HP. Depuis, la direction de l'hôpital a "mis en place une démarche d'amélioration des conditions de travail avec la participation active des équipes du service de la maternité".

Existe-t-il des précédents ?

Cette affaire n'est pas isolée. A l'hôpital Georges-Pompidou, ce sont des chirurgiens qui ont fait l'objet de fiches comptabilisant le nombre et la durée de leurs interventions. L'affaire a été portée devant la justice.

En outre, "d'autres fichiers suscitent préoccupations et interrogations : à Brest, à Cochin, à Sainte-Anne. En réalité, il y en a partout", assure Bernard Granger, membre de la commission médicale d'établissement de l'AP-HP. "Que fait l'ARS [Agence régionale de santé], que fait la ministre devant ce flicage aussi illégal que diffamatoire de l'administration hospitalière de l'AP-HP ? Auront-elles le front de couvrir ces 'outils de management' comme le fait la direction générale de l'AP-HP ?", s'interroge-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.