L'homme à la kalachnikov affirme sur France Info que c'est "un jouet"

Mohamed s'est reconnu sur les photos publiées par France Info. Il dit être l'homme qui portait une Kalachnikov lors d'une manifestation pro-Gaza à Paris. Sur France Info, il affirme que c'est un jouet. Il s'est rendu à la police qui a confirmé que l'arme était factice.

(Un homme avec une kalachnikov qui semble réelle lors de la manifestation pro-Gaza © RF-Nathanaël Charbonnier)

Il affirme être l'homme des photos publiées par France Info ce dimanche. Lors de la manifestation pro-Gaza, l'un de nos reporters a vu un homme participait à un simulacre d'exécution qui brandissait ce qui semblait être une véritable kalachnikov. Dans la journée, France Info l'a retrouvé. Il s'appelle Mohamed et il affirme que l'arme est fausse.

"C'est un jouet qu'on a acheté au magasin" (Mohamed qui dit être l'homme à la kalachnikov des photos de France Info)

Pendant la manifestation, les simulacres (au nombre de trois selon lui), n'étaient qu'une "mise en scène de ce qui se passe en Palestine ". Une mise en scène "sécurisée ", et assure qu'il n'y avait "pas d'arme ". Cette arme est un "jouet " qu'il a acheté dans un "magasin pour enfants il y a deux jours. J'ai même la facture ", affirme-t-il. Il rajoute que ces fausses armes sont "remises dans les cartons après chaque scène ".

Une "réplique d'arme"

Après son témoignage, Mohamed s'est rendu de lui-même à la police. Après vérification, il s'avère que l'arme était factice, selon une source proche de l'enquête. Mais ce n'est pas un jouet, c'était une "réplique d'arme " achetée il y a quelques jours. L'homme a été relâché.

"Le fait d'exhiber une arme, même factice, peut faire monter des tensions" (Unsa-Police)

Factice ou non, la question qui se pose  c'est de savoir comment a-t-elle pu échapper à l'attention des nombreux policiers présents (environ 1.000). Christophe Crépin, chargé de communication au syndicat de police de l'UNSA explique que lors d'une manifestation, "la police encadre " les manifestants mais "n'infiltre pas " les cortèges. Certains effectifs sont chargés de détecter les groupes "particuliers ", indique-t-il, mais ils ne vont jamais entre les manifestants. Il faut donc, selon Christophe Crépin, que les organisateurs préviennent les autorités dès qu'ils voient un problème.

►►► Kalachnikov dans une manifestation pour Gaza à Paris : enquête ouverte

Avant ce témoignage et après la diffusion des photos sur France Info, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour infraction à la législation sur les armes. Les services de renseignements devaient identifier l'arme et retrouver l'homme des photos. 

"C'est un jouet qu'on a acheté au magasin" (Mohamed qui dit être l'homme à la kalachnikov des photos de France Info à la manifestation pro-Gaza de Paris)
--'--
--'--
(Un simulacre d'exécutions est organisé © RF-Nathanaël Charbonnier)