Cet article date de plus de dix ans.

L'affaire Woerth-Bettencourt déménagée à Bordeaux, par souci de "sérénité"

Les deux magistrats de Nanterre, en charge de cette affaire tentaculaire et éminemment politique, étaient à couteaux tirés, depuis des mois. Pour tenter de garantir la "bonne marche" de l'enquête, la Cour de cassation a donc décidé de la "dépayser". Ses nombreux volets ne seront plus instruits par la juridiction de Nanterre, mais par le tribunal de grande instance de Bordeaux. _ Un éloignement qui devrait apaiser mais aussi retarder ces multiples instructions.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France © France Info)

La Cour de cassation avait été saisie par le parquet général qui estimait que les rivalités entre le procureur de Nanterre Philippe Courroye et la juge Isabelle Prévost-Desprez étaient préjudiciables à la bonne marche de l'enquête.

Selon le parquet, les mises en cause des deux magistrats "affect

Trois volets de l'affaire sont concernés : l'information judiciaire conduite par le juge Courroye qui vise en vrac les faits de trafic d'influence, de blanchiment d'argent ou le financement illicite d'activités politiques, l'enquête sur l'abus de faiblesse qui vise des proches de Liliane Bettencourt, dossier instruit par Isabelle Prévost-Desprez, enfin les investigations qui visent cette dernière, la juge, pour des fuites dans la presse, qu'elle aurait orchestrées.

Le tribunal de grande instance de Bordeaux va donc devoir redistribuer ces dossiers à plusieurs de ses magistrats. De quoi retarder les instructions en cours. Le procès du photographe François-Marie Banier pour abus de faiblesse était prévu courant 2011, l'échéance pourrait être repoussée. Son avocat a fait savoir ce soir qu'il était "satisfait" de ce dépaysement.
_ Quant à l'information judiciaire issue des enquêtes de Philippe Courroye, qui touche notamment Éric Woerth, elle pourrait ne pas être bouclée avant la présidentielle de 2012.

C'était en tout cas la deuxième décision de la journée autour de la tentaculaire affaire Woerth-Bettencourt. Plus tôt dans l'après-midi, la justice s'était prononcée sur la troisième demande de mise sous tutelle de Liliane Bettencourt. La juge des tutelles de Courbevoie n'a pris aucune mesure contraignante, mais a jugé que cette demande était "recevable", et méritait donc d'être examinée.

Cécile Quéguiner avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.