Le procès de l'affaire Zyed et Bouna s'est ouvert à Rennes

Deux policiers soupçonnés de non-assistance à personne en danger sont jugés à partir de lundi 16 mars à Rennes. Une équipe de France 3 fait un point sur l'affaire.

FRANCE 3

Cela fait dix ans que les proches de Zyed et Bouna attendent que justice soit rendue. Ce lundi 16 mars, le procès des deux policiers soupçonnés de non-assistance à personne en danger s'est ouvert à Rennes. Les deux adolescents sont morts le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), électrocutés dans un transformateur alors qu'ils cherchaient à éviter un contrôle de police.

Un enregistrement accablant

Les deux policiers, un homme et une femme d'une quarantaine d'années sont accusés de non-assistance à personne en danger. Nicolas Comte, de l'unité SGP Police, assure qu'ils n'avaient pas le sentiment que des vies étaient en jeu. Pourtant, dans un enregistrement radio, l'accusé affirme : "S'ils sont entrés dans le transformateur, je ne donne pas cher de leur peau". L'avocat des familles de Zyed et Bouna, Me Jean-Pierre Mignard, compte s'appuyer ce qu'il qualifie d'"élément accablant".

Sur place, la journaliste de France 3 Nathalie Pérez conclut : "C'est dans une ambiance calme, mais tendue, avec des messages hostiles tagués juste en face du palais de justice, qu'a débuté cette audience. Les débats devraient durer cinq jours à l'issue desquels les policiers, toujours en poste aujourd'hui, encourent cinq ans de prison et l'interdiction définitive d'exercer leur métier".

Le JT
Les autres sujets du JT
Une photo de Zyed (à gauche) et Bouna (à droite), les adolescents morts dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois, peu avant leur mort, en 2005.. 
Une photo de Zyed (à gauche) et Bouna (à droite), les adolescents morts dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois, peu avant leur mort, en 2005..  (OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP)