Cet article date de plus d'un an.

"Tueur de DRH" : des notes et des fichiers informatiques démontrent "la vengeance froide" de Gabriel Fortin dans son périple meurtrier

Selon les informations recueillies par France Bleu Drôme Ardèche, l'homme de 48 ans consignait depuis l'an 2000 le moindre de ses faits et gestes de certaines victimes.
Article rédigé par France Info - avec France Bleu Drôme Ardèche
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une marche blanche en mémoire d'Estelle Luce, une DRH assassinée le 26 janvier près de Colmar (Haut-Rhin), à Orschwihr, le 6 février 2021. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Gabriel Fortin, qui comparaîtra devant les assises de la Drôme en juin prochain, pour trois assassinats et une tentative d'assassinat en Alsace et Drôme-Ardèche les 26 et 28 janvier 2021, semble avoir préparé son périple meurtrier, rapporte ce lundi France Bleu Drôme Ardèche qui a eu accès à des éléments du dossier judiciaire, confirmant une information du journal Le Monde.

>> De l'Alsace à l'Ardèche, l'itinéraire de Gabriel Fortin, ingénieur au chômage poursuivi pour assassinats

Cet homme âgé aujourd'hui de 48 ans, alors qu'il habitait à Nancy à l'époque, est accusé notamment d'avoir abattu Patricia Pasquion au Pôle emploi de Valence et Géraldine Caclin, responsable des ressources humaines dans l'entreprise FAUN à Guilherand-Granges (Ardèche), Estelle Luce DRH de l'entreprise KNAUF à Wolfgantzen et d'avoir essayé de tuer aussi un ancien DRH à Wattwiller (Haut-Rhin).

"Vengeance froide"

Les enquêteurs ont épluché des fichiers informatiques de Gabriel Fortin qui révèlent que le suspect a effectué des voyages pour repérer les locaux de Pôle Emploi à Valence où il a tiré sur la conseillère Patricia Pasquion. Il s'est aussi rendu dans le parking de Knauf à Wolfgantzen (Haut-Rhin) 4 mois avant d'abattre Estelle Luce DRH de l'entreprise. Toujours selon France Bleu Drôme Ardèche, Gabriel Fortin a réalisé des trajets laissant penser qu'il avait potentiellement d'autres cibles sur sa route. Pour les enquêteurs on a à faire "à la vengeance froide et déterminée d'un homme intelligent".

Gabriel Fortin a écrit des notes en prison, sur des feuilles et un calepin, rapporte également France Bleu Drôme Ardèche. Dans ces notes que les enquêteurs ont pu recueillir, il y a une lettre rédigée par Géraldine Caclin, responsable RH de l'entreprise FAUN que Gabriel Fortin dit avoir reçu la veille de Noël. Il commente alors : "Volonté de mettre à genoux, volonté d'humilier. Faun, la lettre envoyée le 24 décembre !!!". Dans une autre note, Gabriel Fortin se dit "voué aux minimas sociaux à cause d'inactions justice" (sic).

Dans ses notes transparaissent la paranoïa et la rancœur vis-à-vis des employeurs qui l'ont licenciés. Toujours selon ces notes, il se croit sur écoute, empêché d'exercer son métier et pense avoir un mouchard GPS dans sa voiture. Selon les informations recueillies par France Bleu Drôme Ardèche, Gabriel Fortin consignait depuis l'an 2000 le moindre de ses faits et gestes.

Jusqu'ici, il est resté muet. En décembre 2021 Gabriel Fortin, n'avait pas souhaité participer à la reconstitution à Valence de l'assassinat de la conseillère de Pôle emploi. Il avait été extrait contre son gré du centre pénitentiaire. Sur les lieux, "il avait renouvelé son refus de participer et de s'exprimer comme cela était le cas depuis le début de la procédure judiciaire", avait précisé le parquet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.