Les pilotes d'"Air Cocaïne" autorisés à piloter à nouveau... des bombardiers d'eau

En revanche, l'interdiction de quitter le territoire est maintenue pour les deux hommes.

Pascal Fauret et Bruno Odos, les pilotes de l\'affaire \"Air Cocaïne\", le 15 août 2015 au tribunal de Saint-Domingue (République dominicaine).
Pascal Fauret et Bruno Odos, les pilotes de l'affaire "Air Cocaïne", le 15 août 2015 au tribunal de Saint-Domingue (République dominicaine). (ERIKA SANTELICES / AFP)

Bruno Odos et Pascal Fauret vont pouvoir reprendre le manche. La justice a autorisé les deux pilotes, mis en examen dans l'affaire "Air Cocaïne", à exercer à nouveau leur activité professionnelle. Mais ils n'ont le droit de piloter que des avions bombardiers d'eau.

Ils souhaitaient participer à des épreuves de sélection

Les deux pilotes, suspectés d'avoir pris part à un vaste trafic international de cocaïne, avaient été condamnés à vingt ans de prison par la justice dominicaine. Ils s'étaient enfuis de façon rocambolesque de République dominicaine en octobre, avant leur procès en appel. Placés en détention provisoire en France, ils avaient été libérés le 24 mars et placés sous contrôle judiciaire. Ce contrôle judiciaire leur interdisait notamment d'exercer toute activité dans le domaine aéronautique.

Bruno Odos et Pascal Fauret souhaitant participer, à la fin mai, à des épreuves de sélection de pilotes bombardiers d'eau, leur avocat avait demandé une modification de leur contrôle judiciaire au printemps. La juge d'instruction marseillaise en charge de l'enquête avait refusé. Finalement, la cour d'appel d'Aix-en-Provence leur a donné raison dans un arrêt rendu le 30 juin. Mais trop tard pour participer aux épreuves de sélection. L'interdiction de quitter le territoire est maintenue pour les deux hommes.