Affaire "Air Cocaïne" : "Un vrai soulagement", témoigne le frère de Bruno Odos après son acquittement

Ce jeudi 8 juillet, Pascal Fauret et Bruno Odos ont été acquittés par la cour d'assises spéciales d'appel d'Aix-en-Provence. En mars 2013, 700 kilos de cocaïne avaient eté trouvés dans l'avion que les deux pilotes s'apprêtaient à faire décoller. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les pilotes français Pascal Fauret (chemise bleue) et Bruno Odos (chemise blanche) arrivent à leur procès en appel, devant la cour d'assises spéciales d'Aix-en-Provence, le 7 juin 2021.  (FRANK MULLER / MAXPPP)

"Ça a été un vrai soulagement", témoigne Daniel Odos ce vendredi 9 juillet à France Bleu Isère, après l'acquittement de son frère, Bruno Odos, la veille, par la cour d'assises spéciales d'appel d'Aix-en-Provence. Dans l'affaire "Air Cocaïne", le pilote avait été condamné à six ans de prison en première instance, pour le transport de 700 kg de cocaïne à bord d'un avion en 2013.

"C'est la réponse qu'on attendait de la justice depuis huit ans."

Daniel Odos, frère du pilote acquitté

à France Bleu Isère

"L'attente a été tellement longue qu'il a fallu un moment pour réaliser ce qui s'était dit, pour que le message parvienne au cerveau. Dans la salle, des personnes ont été condamnées, donc c'était difficile d'exploser de joie alors que d'autres personnes pleuraient", relate le frère.

"On est sortis sans notre frère parce qu'il y avait des formalités à remplir, après il nous a rejoints, mais il était encore un peu sous le choc de toute cette tension depuis des années et ces cinq dernières semaines où il y avait les audiences de ce procès en appel. Tranquillement, on s'est déplacés sur le place, on s'est posés à la terrasse d'un café et on a discuté, on s'est embrassés. Ce n'était pas une explosion de joie mais c'était de l'émotion contenue", confie-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès "Air Cocaïne"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.