Cet article date de plus de cinq ans.

Isère : un an de prison avec sursis requis contre le responsable d'un Leclerc Drive accusé de harcèlement envers des employés

Le responsable du Leclerc Drive de Bourgoin-Jallieu est soupçonné d'avoir brimé, insulté et menacé ses employés. Il est toujours en poste. Les victimes présumées ont toutes quitté le magasin.

Article rédigé par France Info - Avec France Bleu Isère
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La façade d'un magasin Leclerc de Toulouse. (illustration) (REMY GABALDA / AFP)

Le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu en Isère a requis un an de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende à l'encontre du responsable du Leclerc Drive de la ville, poursuivi pour harcèlement moral par 17 anciens employés, entre début 2014 et mi-2017, rapporte France Bleu Isère vendredi 8 février.

Six employés déclarés inaptes par la médecine du travail

Les 17 parties civiles – dont 16 étaient présentes au procès et 8 ont témoigné – dénoncent des brimades, insultes et menaces constituant un "management de pression" avec des conséquences sur leur santé, leur sommeil, leur appétit, voire ayant provoqué des états dépressifs, selon leur avocat qui demande 360 000 euros de dommages et intérêts.

Alors que le responsable est toujours en poste, les employés ont tous ou bien démissionné, ou bien signé une rupture conventionnelle. Six d'entre eux ont été déclarés inaptes par la médecine du travail en raison des risques psycho-sociaux.

Délibéré au 4 avril

Le prévenu nie tout harcèlement et dénonce un complot fomenté par deux anciens employés qui voulaient prendre sa place puis prendre de l'argent à Leclerc et ont réussi à en rallier 15 autres à leur cause. Il concède des maladresses et emportements qu'il regrette, mais pas de moquerie sur le physique ni de refus de congés.

Le tribunal de Bourgoin-Jallieu a mis sa décision en délibéré au 4 avril 2019. L'avocat des parties civiles a également engagé une procédure devant le conseil des prud'hommes contre le groupe Leclerc pour ne pas avoir su protéger les salariés contre le harcèlement moral du responsable.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.