Demande de libération conditionnelle de Jean-Claude Romand rejetée : son beau-frère se dit "soulagé et rassuré"

Si une décision de remise en liberté était prise dans le futur, ce serait "préjudiciable", affirme Emmanuel Crolet qui dit avoir "peur" de ce dont est capable son beau-frère.

La maison centrale de Saint-Maur dans l\'Indre où Jean-Claude Romand est détenu depuis sa condamnation à vie en 1996.
La maison centrale de Saint-Maur dans l'Indre où Jean-Claude Romand est détenu depuis sa condamnation à vie en 1996. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Emmanuel Crolet, le beau-frère de Jean-Claude Romand, s'est dit vendredi 8 février sur franceinfo "soulagé et rassuré", après le rejet de la demande de libération conditionnelle du faux médecin de l'OMS, condamné à la perpétuité pour avoir tué cinq personnes de sa famille en 1993, par le tribunal d'application des peines de Châteauroux.

"Satisfait aussi de cette décision, a expliqué Emmanuel Crolet, satisfait après cette longue attente difficile pendant laquelle nous avons dû nous replonger dans le dossier. Nous ne nous attendions pas à cette décision au tout début de cette démarche de demande de remise en liberté de la part de Jean-Claude Romand".

On ne sait toujours pas comment il fonctionne, qui il est.Emmanuel Croletà franceinfo

Si une nouvelle demande de libération conditionnelle était à nouveau présentée, Emmanuel Crolet a affirmé avoir "peur pour la société civile, peur face à quelqu'un qu'on n'arrive toujours pas à discerner. J'ai peur que ce qu'il a fait puisse peut-être revenir. J'ai peur d'une identité qui n'est pas structurée.

Pour Emmanuel Crolet, si une décision de remise en liberté était prise dans le futur, ce serait "préjudiciable".