Cet article date de plus de six ans.

Cinq Russes interpellés dans l'Hérault après la découverte d'explosifs

Les enquêteurs ont retrouvé des explosifs, mais rien ne permet d'affirmer qu'un attentat était en préparation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran de Google Maps pointant la ville de Béziers (Hérault), où cinq Russes ont été arrêtés, le 20 janvier 2015, et des explosifs découverts. (GOOGLE MAPS)

S'agissait-il de terrorisme ? Rien n'est moins sûr. Cinq Russes, dont certains d'origine tchétchène, ont été arrêtés lundi 19 janvier au soir, a annoncé le procureur de la République de Béziers. Les suspects ont été placés en garde à vue et des perquisitions ont eu lieu, a-t-il précisé.

Les enquêteurs ont notamment mis la main sur "de la matière explosive très dangereuse", selon le patron de la police judiciaire de Montpellier. Cependant, le parquet n'est pas en mesure de savoir si un attentat était réellement en préparation, a dit le procureur lors d'une conférence de presse mardi.

"En dehors de tout contexte religieux radical"

Un suspect a été interpellé à Béziers, dans le quartier de Sauclières, non loin de l'ancien stade de rugby de Béziers, tandis que les quatre autres ont été interpellés à Saint-Jean-de-Védas, commune jouxtant Montpellier. Certains étaient déjà connus des services de police pour des faits de banditisme de droit commun.

En revanche, ils étaient jusqu'à présent inconnus des services antiterroristes. Pour l'heure, la sous-direction antiterroriste de Paris n'a pas prévu de se saisir du dossier. "Nous sommes en dehors de tout contexte religieux radical", a affirmé le procureur de Béziers.

L'un des suspects serait impliqué dans "des faits un peu similaires à Montpellier en 2008", selon la police. Cette année-là, rappelle France 3 Languedoc-Roussillon, une explosion accidentelle était survenue dans une cité universitaire de la ville après une manipulation de substances explosives. L'explosion avait fait plusieurs blessés, dont deux Russes, affirmait à l'époque Le Point.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.