Cet article date de plus de six ans.

Isère : soupçonné de viols, un directeur d'école en garde à vue

Il aurait imposé des fellations à au moins deux enfants, âgés de 6 ans et demi ; leurs familles ont saisi la justice. Le directeur avait déjà été condamné pour recel d'images pédopornographiques en 2008, mais il n'avait pas été interdit de travailler.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le directeur d'école est en garde à vue depuis lundi matin dans les locaux de la gendarmerie de Bourgoin-Jallieu © MaxPPP)

Pour l'instant, il nie tout en bloc. Un directeur d'école primaire, à Villefontaine, dans le nord de l'Isère, est en garde à vue depuis lundi matin, pour des viols présumés sur au moins deux de ses élèves. Il pourrait être déféré dans la soirée de ce mardi devant un juge. Des fillettes de six ans et demi, à qui il aurait imposé par surprise des fellations - un atelier du goût durant lequel les enfants, yeux bandés, devaient identifier des choses que l'enseignant leur faisait goûter...

Les familles des enfants ont saisi la justice en fin de semaine dernière ; les viols auraient été commis entre décembre et mars, selon les premiers éléments de l'enquête.

En perquisitionnant au domicile de l'enseignant, les gendarmes ont saisi des images à caractère pédopornographique. Et se sont rendus compte que l'homme avait été condamné, en 2008, pour détention de ce type d'images. Six mois de prison avec sursis, avec obligation de soins et mise à l'épreuve. Mais aucune interdiction d'exercer un travail avec les enfants...

L'enseignant est en garde à vue, il nie en bloc, résume le procureur de la République, Matthieu Bourette
écouter
De son côté, l'inspection d'académie dit avoir découvert cette condamnation au moment de l'arrestation du directeur. "Il n'y avait rien dans son dossier" , a expliqué Dominique Fis, l'inspectrice d'académie, qui s'est rendue ce mardi matin à l'école de Villefontaine. Une enquête administrative est ouverte, "*confiée à l'inspection générale de l'administration de

l'Éducation nationale et de la Recherche ", a indiqué le ministère dans un communiqué. "Nous avons eu connaissance de faits extrêmement graves, abominables même ", s'ils s'avèrent exacts, a réagi la ministre lors d'un point de presse à la mi-journée. "Je voulais vous dire que je pense aux enfants, aux parents et aux enseignants ", a-t-elle ajouté. Si les faits se révèlent exacts, "les instances disciplinaires procèderont aux sanctions qui s'imposent* ", a précisé Najat Vallaud-Belkacem.

 

La ministre de l'Education, Najat vallaud-Belkacem annonce l'ouverture d'une enquête administrative
écouter

Une cellule psychologique pour les élèves, les parents et les enseignants va être mise en place en fin d'après-midi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.