Cet article date de plus de dix ans.

Interpol émet une demande d'arrestation contre le militant islamiste Saïd Arif, en fuite

L'organisation internationale publie une "notice rouge" contre le terroriste qui s'est enfui samedi à bord d'une voiture volée, en Haute-Loire.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Saïd Arif, en décembre 2012. (FRANCE 3 AUVERGNE)

Interpol a émis vendredi 17 mai, auprès de ses 190 pays membres, une demande d'arrestation à l'encontre du militant islamiste Saïd Arif en fuite après avoir violé, samedi 11 mai son assignation à résidence à Brioude (Haute-Loire). Interpol a publié sur son site internet une "notice rouge" signifiant une "demande d'arrestation en vue d'extradition", après que le juge en charge du dossier a émis un mandat d'arrêt européen à l'encontre de Saïd Arif, selon une source proche de l'enquête.

Saïd Arif, terroriste de nationalité algérienne, était assigné à résidence à Brioude (Haute-Loire) depuis sa sortie de prison en 2011. Il a pris la fuite dans la soirée de samedi à bord d'une voiture volée en Haute-Loire. Le procureur du Puy-en-Velay a ouvert, mardi, une information judiciaire pour les chefs de "violation de l'arrêté d'assignation à résidence" et "vol". Une voiture appartenant à la belle-fille du gérant de l'hôtel où résidait Saïd Arif a en effet disparu au même moment. Ce véhicule a été flashé à 600 kilomètres de là, sur l'autoroute A1, dans la Somme, quelques heures après son vol, a indiqué vendredi une source proche du dossier.

Que reproche-t-on à Saïd Arif ?

Saïd Arif, 47 ans, avait déjà violé une première assignation à résidence. Il était allé en Suède rejoindre sa famille et le tribunal correctionnel de Rodez (Aveyron) l'avait condamné, en 2012, à six mois de prison pour cette fuite. Condamné en 2007 à dix ans de prison pour terrorisme, il devait être entendu mardi par le SRPJ de Clermont-Ferrand dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte pour "apologie du terrorisme", après des propos de l'islamiste dans un hebdomadaire de Haute-Loire, Renouveau, le 21 mars.

Il y déclarait que "les attentats-suicides ayant une dimension économique sont le meilleur moyen de lutte pour les islamistes", avant d'ajouter : "Avec une voiture piégée, vous tuez 150 à 200 personnes". Le ministère de l'Intérieur, Manuel Valls, a estimé, dimanche, que Saïd Arif était "incontestablement un individu dangereux".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.