Cet article date de plus de sept ans.

Un travailleur du nucléaire irradié à Grenoble

Le salarié, qui se trouvait sur un chantier du Commissariat à l'énergie atomique, a été exposé à une dose radioactive supérieure aux limites annuelles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un laboratoire du Commissariat à l'énergie atomique de Grenoble (Isère). (FRANCE 3 ALPES)

Incident nucléaire à Grenoble (Isère). Un employé d'une société spécialisée a été exposé le 23 août à une dose radioactive supérieure à l'une des limites annuelles réglementaires. Il travaillait au tamisage de déchets nucléaires dans un laboratoire en cours d'assainissement afin d'être réutilisé par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA). L'incident a été révélé mercredi 4 septembre.

"C'était une opération de tri de déchets très faiblement radioactifs par tamisage", a expliqué le directeur du CEA Grenoble, Didier Bordet. Le dosimètre (appareil de mesure de la dose radioactive) de l'employé concerné a émis une alarme pour signaler un rayonnement inhabituellement élevé, mais l'homme ne l'a pas entendue en raison du bruit du chantier.

Le risque pour la santé est "faible"

Il a suivi des examens médicaux pour s'assurer qu'il n'avait pas inhalé de produits radioactifs. "Sur ce point-là, nous avons été rassurés", a indiqué Didier Bordet, soulignant que l'employé ne présentait pas de "brûlure" ou de "perturbation quelconque""A ce stade d'instruction, le risque pour la santé de l'employé concerné est évalué comme faible, voire inexistant", précise le CEA.

Le CEA a proposé à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de classer cet incident au niveau 2 de l'échelle Ines (International Nuclear And Radiological Event Scale) qui en compte huit (de 0 à 7). En 2012, en France, 149 événements ont été classés au niveau 1 de l'échelle Ines et seulement quatre au niveau 2, selon le rapport annuel de l'ASN.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.