Cet article date de plus d'un an.

Paris : une fuite de gaz dans le quartier Trévise, dans le 9e arrondissement, provoque l'évacuation des habitants

La fuite a été repérée à quelques dizaines de mètres de là où, rue de Trévise, une explosion avait tué quatre personnes. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La plaque de la rue de Trévise, le 8 juillet 2019 à Paris, dans le 9e arrondissement (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Un périmètre de sécurité a été établi et des habitants évacués en raison d'une fuite de gaz lundi 30 septembre au soir à Paris, dans le quartier Trévise, dans le 9e arrondissement, ont indiqué les pompiers. "On a évacué des étages de plusieurs immeubles potentiellement concernés par la fuite, et établi un périmètre de sécurité assez large", touchant plusieurs rues et où la circulation est coupée, a expliqué le porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), le lieutenant-colonel Gabriel Plus.

Peu avant minuit, le lieutenant-colonel indiquait que les pompiers sur place cherchaient à déterminer l'origine de la fuite de gaz. "On fait des prélèvements pour savoir quelle est la teneur en gaz dans les bâtiments concernés. Ensuite il s’agira, avec GRDF, de remettre le gaz progressivement dans les immeubles concernés, pour vérifier d'où vient cette fuite", a-t-il expliqué à franceinfo.

"Ça fait une heure maintenant que c'est barré", indiquait en début de soirée sur place un habitant de la rue Richer, bloqué par le cordon de sécurité. "C'est vraiment pas rassurant après ce qu'il s'est passé", a-t-il ajouté. Une trentaine de pompiers se trouvaient sur place avec des agents du réseau Gaz de France (GDF) dans le IXe arrondissement pour circonscrire la fuite, a indiqué le lieutenant-colonel Gabriel Plus.

Une explosion meurtrière en janvier

La fuite a été repérée à quelques dizaines de mètres de là où, rue de Trévise, une explosion avait tué quatre personnes dont deux pompiers et 66 blessés, le 12 janvier au matin. Elle pourrait venir d'un ou deux immeubles situés entre la rue Ambroise Thomas et la cité de Trévise, où le gaz a été coupé, a précisé le lieutenant-colonel Plus.

Juste après l'explosion en janvier, qui a soufflé les façades de plusieurs rues adjacentes et détruit certains immeubles, les premiers éléments de l'enquête avaient évoqué une possible fuite de gaz. Mais l'origine exacte n'a à ce jour pas été établie officiellement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.