Les forêts du monde ont régressé de 300 000 km2 en 2016

Cette baisse record est notamment liée aux incendies survenus au Brésil, au Portugal et en Indonésie, selon l'ONG Global Forest Watch. 

Un feu de forêt à Leiria, au Portugal, le 15 octobre 2017.
Un feu de forêt à Leiria, au Portugal, le 15 octobre 2017. (KEVIN FLORES / CITIZENSIDE / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La couverture forestière mondiale a subi une perte record en 2016, indique l'ONG Global Forest Watch (GFW), mercredi 18 octobre. Selon l'organisme indépendant de surveillance des forêts, les surfaces boisées ont reculé de 297 000 km2, soit une perte en hausse de 51% par rapport à 2015. Il s'agit d'une perte annuelle record depuis le début des archives de GFW, qui remontent à l'an 2000. Cela contraste avec des calculs établis grâce à des images satellite et tendant à montrer un ralentissement du rythme de déforestation. 

"Nous avons connu une hausse alarmante en 2016, a commenté Mikaela Weisse, chercheuse au think tank américain World Resources Institute, qui chapeaute GFW. Cela semble lié aux incendies de forêt survenus dans des pays comme le Brésil, l'Indonésie et le Portugal." L'ONG précise que l'Amazonie brésilienne a perdu 3,7 millions d'hectares de forêts en 2016, soit près de trois fois plus qu'en 2015.

Un bilan qui ne tient pas compte du reboisement

Pour parvenir à cette conclusion, GFW a compilé des données de l'université du Maryland, aux Etats-Unis. L'ONG mesure les pertes subies par la couverture forestière et n'établit donc pas de bilan prenant en compte le reboisement. Par contraste, la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), qui utilise des méthodes différentes, estime que le taux net global de déforestation a ralenti de plus de 50% au cours des 25 dernières années.

A l'échelle mondiale, le recul des forêts est toutefois catastrophique. Une évaluation des Nations unies concluait en 2015 que la planète avait perdu 129 millions d'hectares (1,29 million de km²) de forêts depuis 1990. Cela correspond à la superficie de l'Afrique du Sud.