Landes : un pompier volontaire soupçonné d'avoir provoqué deux feux de forêt cet été

Le jeune homme est soupçonné d'avoir provoqué, entre autres, le premier gros feu de l'été en Gironde. Il encourt dix ans de prison.

Le 16 juillet 2019, 68 hectares de forêts et de végétation étaient partis en fumée à Salles au sud de la Gironde.
Le 16 juillet 2019, 68 hectares de forêts et de végétation étaient partis en fumée à Salles au sud de la Gironde. (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Un pompier volontaire landais d'une vingtaine d'années a été présenté samedi 14 septembre au matin au procureur de la République de Mont-de-Marsan, rapporte France Bleu Gascogne. Le jeune pompier volontaire est soupçonné d'être responsable de deux gros feux de forêt cet été dans les Landes et en Gironde.

Le jeune homme est d'abord soupçonné d'avoir provoqué le premier gros feu de l'été en Gironde. Le 16 juillet dernier, 68 hectares de forêts et de végétation avaient été détruits à Salles. On le soupçonne également d'avoir causé l'incendie de Sanguinet au nord des Landes, le 23 juillet. Ce jour-là, 22 hectares de pinède avait été détruits et il avait fallu interrompre le trafic ferroviaire entre Bordeaux et Dax. Lors de ces deux gros feux de forêt, de gros moyens aériens et plus d'une centaine de pompiers landais et girondins avaient été mobilisés.

L'incendiaire présumé renvoyé en correctionnelle

Ces feux n'avaient pas fait de blessé mais uniquement des dégâts matériels. C'est d'ailleurs pour ça que le jeune incendiaire présumé n'est pas renvoyé devant une cour d'assises mais devant un tribunal correctionnel.

Les enquêteurs de la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Parentis-en-Born ont réussi à remonter jusqu'au Landais grâce à des investigations techniques sur son téléphone portable. Ils l'ont convoqué jeudi dans leurs locaux avant qu'il ne soit placé en garde à vue. Pour l'instant, le jeune homme nie les faits. Comme son casier judiciaire est vierge, il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire en attendant son procès le 4 octobre à Mont-de-Marsan. Ce sapeur-pompier volontaire, présumé pyromane, sera jugé pour dégradations volontaires par incendie et encourt dix ans de prison.