Incendie du Cuba Libre : une famille accuse les gérants de ne pas avoir "secouru les enfants"

France Bleu Normandie rapporte que des parents accusent les gérants du bar rouennais de ne pas avoir dirigé les pompiers vers la porte de secours menant à la cave où se déroulait un anniversaire en 2016 qui a tourné au drame. 14 jeunes étaient morts après que le gâteau a pris feu.

Une jeune femme rend hommage aux victimes de l\'incendie du bar Cuba Libre, le 6 août 2017 à Rouen.
Une jeune femme rend hommage aux victimes de l'incendie du bar Cuba Libre, le 6 août 2017 à Rouen. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Les gérants du Cuba Libre "n'ont pas dirigé les pompiers vers la porte de secours", accuse lundi 6 août sur France Bleu Normandie la famille d'une des victimes de l'incendie du bar rouennais, deux ans après les faits. Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, la cave de l'établissement s'était embrasée à cause des bougies "feu de bengale" du gâteau d'anniversaire qui avaient enflammé les plaques d'isolant phonique du mur et du plafond. Les fumées toxiques dégagées par la combustion des plaques avaient empoisonné les occupants de la pièce. L'incendie avait fait 13 morts ce soir-là et une quatorzième victime était décédée à l'hôpital quelques jours plus tard.

Ils n'ont pas secouru les enfants, bien au contraire. Ils ont fait preuve de lâchetéles parents d'une victimeavec France Bleu Normandie

"Ils n'ont pas dirigé les pompiers vers cette porte de secours pour la casser. Certes, elle était fermée à clé mais il fallait emmener les secours vers cette issue. Pendant ce temps-là, nos enfants agonisaient, nos enfants hurlaient et ils n'ont rien fait" , accusent les parents de Florian, 19 ans, mort dans l'incendie avec sa petite amie Mégane. Michèle et Thierry affirment que les pompiers ont donc commencé à éteindre l'incendie au rez-de-chaussée du bar avant de pouvoir accéder à l'escalier menant à la cave. Ils ont alors dégagé les corps des victimes par le haut de l'établissement. Ces parents estiment que si les pompiers avaient été conduits directement à l'issue de secours, qui donnait sur la cave, des vies auraient pu être sauvées. "Si, aussitôt les secours arrivés, les gérants avaient dirigé les pompiers vers cette issue, les enfants seraient sortis. Peut-être avec un peu de mal au niveau de la respiration, c'est sûr, donc il aurait fallu faire vite mais on est sûrs qu'il y aurait des enfants qui s'en seraient sortis."

Les gérants pourraient être renvoyés en correctionnelle

Les deux gérants du bar sont mis en examen et placés sous contrôle judiciaire depuis l'incendie. L'instruction s'est achevée fin juillet. L'enquête a mis en évidence des manquements graves : la cave exploitée par les gérants n'était pas déclarée, l'escalier était trop étroit, l'issue de secours était fermée et l'isolant phonique était hautement inflammable. Le parquet a requis le renvoi des deux co-gérants devant le tribunal correctionnel pour "homicide et blessures involontaires par violation délibérée d'une obligation de sécurité". Sauf surprise, le juge devrait suivre ces réquisitions. Le procès devrait avoir lieu en 2019.