Incendie à Paris : la fragilité psychiatrique de la principale suspecte

La journaliste Sophie Neumayer, devant les locaux de la police judiciaire à Paris, fait le point sur les avancées de l'enquête, après l'incendie meurtrier survenu dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 février.

FRANCE 2

La principale suspecte de l'incendie meurtrier, qui a causé la mort de dix personnes dans la nuit du 4 au 5 février, est connue pour ses antécédents psychiatriques. "Elle a fait plusieurs séjours dans des hôpitaux spécialisés et le dernier remonte à très peu de temps puisqu'elle en est sortie au mois de janvier", précise la journaliste Sophie Neumayer, devant les locaux de la police judiciaire à Paris, mardi 5 février. Dans l'après-midi, son état a été jugé incompatible avec le régime de la garde à vue. "Elle se trouve ce soir sous haute surveillance à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police", indique la journaliste.

Sous traitement médicamenteux

"Elle a reçu un traitement médicamenteux. Les enquêteurs espèrent pouvoir l'interroger demain, mais ce sont les psychiatres qui décideront au cours d'un nouvel examen. Si son état ne le permet toujours pas, elle pourrait être internée d'office en hôpital psychiatrique", poursuit la journaliste de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
La journaliste Sophie Rodier, en direct du 16e arrondissement de Paris, fait le point au lendemain de l\'incendie d\'un immeuble, mardi 5 février.
La journaliste Sophie Rodier, en direct du 16e arrondissement de Paris, fait le point au lendemain de l'incendie d'un immeuble, mardi 5 février. (FRANCE 2)