Incendie de Saint-André : le maire porte plainte contre certains habitants pour mise en danger de la vie d'autrui

L'obligation de débroussailler avait été rappelée aux 300 administrés concernés dans un courrier envoyé par le maire en février, selon France Bleu Roussillon.
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Samuel Moli, le 15 août 2023, à Argeles-sur-Mer. (MICHEL CLEMENTZ / MAXPPP)

Le maire de Saint-André (Pyrénées-Orientales) Samuel Moli porte plainte contre les habitants qui n'avaient pas correctement débroussaillé leur terrain, trois jours après l'incendie qui a ravagé 300 hectares et détruit plus d'une dizaine de maisons sur la commune, indique jeudi 17 août France Bleu Roussillon. Plus de 200 pompiers sont toujours à pied d'œuvre pour surveiller ce feu désormais fixé mais pas encore éteint.

Le maire de Saint-André a très vite pointé du doigt certains des 4 000 habitants qui, selon lui, n'avaient pas respecté l'obligation de débroussaillage autour de chez eux, comme la réglementation l'impose. Sur France Bleu Roussillon, Samuel Molli annonce qu'il va "porter plainte pour mise en danger de la vie d'autrui, contre les habitants de Saint-André qui n'ont pas respecté cette obligation."

Trois cents administrés avaient reçu un courrier de rappel

L'obligation de débroussailler avait pourtant été rappelée aux 300 administrés concernés dans un courrier envoyé par le maire en février. Le débroussaillage permet de limiter le risque de propagation des incendies. Compte tenu de la sécheresse, le maire avait relancé les habitants en avril. "Sur les 300 courriers, seules 150 personnes environ ont répondu et ont correctement coupé les fougères, les branches basses, etc.", a-t-il regretté. Le maire estime donc que les personnes n'ayant pas débroussaillé et ayant été informées "ont leur part de responsabilité dans l'ampleur qu'a pris cet incendie".

La réglementation stipule que "si le fait que vous n'ayez pas débroussaillé a permis la propagation d'un incendie qui a détruit le bien d'autrui, vous pouvez être condamné à une peine allant jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Incendies de forêt

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.