Incendie de Rouen : les autorités mettent en avant des analyses rassurantes

Les autorités, par la voix du préfet de Seine-Maritime, se veulent rassurantes. Malgré cela, la population s'interroge sur les retombées du violent incendie qui a touché une usine classée Seveso à Rouen, le 26 septembre.

France 2

Plus aucun panache de fumée ne flotte au-dessus de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), samedi 28 septembre, mais certains portent encore un masque de protection dans la ville. Les odeurs nauséabondes persistent, tout comme les inquiétudes et les doutes, deux jours après l'incendie. Au plus fort de l'incendie, l'immense panache de fumée noire mesurait 6 km de large pour 22 km de long. Des émanations impressionnantes, mais qui, selon les analyses réalisées les premières heures par les pompiers, ne présentaient aucune toxicité aiguë.

Présence d'amiante et de benzène

Le préfet a rendu public samedi 28 septembre de nouvelles analyses. "Nous disposons ce soir de l'essentiel des résultats d'analyse qui sont donc encourageants en ce sens qu'ils traduisent une situation normale. Cela confirme les premières appréciations des sapeurs-pompiers", a indiqué Pierre-André Durand. Sur le site, les autorités confirment néanmoins la présence d'amiante et d'un autre composé dangereux, le benzène.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine Lubrizol ravagée par les flammes, le 26 septembre 2019.
L'usine Lubrizol ravagée par les flammes, le 26 septembre 2019. (JEAN-JACQUES GANON / AFP)